19.8 C
Bucharest
26 septembre 2020
Actualité Affaires économiques et financières

Le ministère de l’Économie a organisé à Bucarest le Forum du marché unique 2018/2019, clôturant la série d’activités organisées dans le cadre du PRES RO

Dans le contexte de l’exercice par la Roumanie de la Présidence du Conseil de l’Union européenne, le ministère de l’Économie et la Commission européenne ont organisé à Bucarest le « Forum du marché unique 2018/2019 », un événement majeur qui a rassemblé plus de 200 invités du pays et de l’étranger.

Le thème de l’événement revêt une grande importance pour l’agenda européen, car le marché unique joue et continuera de jouer un rôle essentiel pour l’économie de l’UE. Son fonctionnement efficace contribue de manière significative au maintien de la compétitivité de l’UE.

Dans son allocution d’ouverture, Ilie Călin Bodea, secrétaire d’Etat au ministère de l’économie, a souligné que « le marché unique est l’instrument qui assure et renforce la position de l’UE dans le contexte géopolitique actuellement en mutation, confronté à de nombreux défis et opportunités ». Il a annoncé l’adoption par le Conseil européen, le 20 juin 2019, de l’agenda stratégique de l’UE pour la période 2019-2024. Celui-ci prévoit que le marché unique, dans toutes ses dimensions, constitue un atout essentiel de l’économie européenne et que, du point de vue de la compétitivité, la consolidation de la politique du marché unique doit aller de pair avec la nouvelle politique industrielle de l’UE.

Lors de l’ouverture des travaux du Forum, Hubert Gambs, directeur de la DG Grow, a présenté le message de la commissaire européenne au marché intérieur, à l’industrie, à l’entrepreneuriat et aux PME, Elzbieta Bieńkovska.

Róża Gräfin von THUN UND HOHENSTEIN, membre du Parlement européen et fondateur du Forum du marché unique, a envoyé un message vidéo soulignant entre autres l’importance de cet événement et félicitant l’équipe du ministère de l’Économie pour les résultats remarquables enregistrés pendant la présidence roumaine du Conseil de l’UE.

Parmi les participants au Forum du marché figuraient aussi Maria Grapini – membre du Parlement européen, Gabriela-Mihaela Voicilă – secrétaire d’État auprès du ministre du milieu des affaires, du commerce et de l’entrepreneuriat, Iulian Stanciu – directeur général d’eMAG, Renata Juszkiewicz – vice-présidente d’EuroCommerce et présidente de l’Organisation polonaise du commerce et de la distribution, Marius Pîrvu – président de l’Autorité nationale pour la protection du consommateur, Bogdan Pușcaș – président de l’Agence nationale des marchés publics, Iuliania Chilea – directrice de l’Association roumaine de normalisation, Malcolm Harbour – conseiller et président de la « Table ronde sur le marché unique » du Centre des Politiques Européennes, ancien membre du Parlement européen et président, pendant plusieurs législatures, de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs (IMCO) du Parlement européen.

Les sujets abordés dans le cadre du Forum du marché unique 2018/2019 ont couvert des thèmes actuels et d’intérêt pour les autorités, les consommateurs et les entreprises :

Les services – revêtent une importance majeure. Cet aspect a été souligné également dans les Conclusions du Conseil européen de mars 2019, qui préconisent l’approfondissement du marché unique en mettant l’accent sur le développement d’une économie qui intègre les services. Cette approche est fortement ancrée dans la réalité actuelle, ce qui montre que, globalement, la production est réalisée à des pourcentages significatifs au sein des chaînes de valeur mondiales et que les produits sont de plus en plus commercialisés avec des services connexes. Les débats ont mis en lumière l’importance de l’application correcte des réglementations en vigueur et de la coopération transfrontalière entre les autorités compétentes des États membres de l’UE.

Le commerce de détail – Le marché unique est le cadre garantissant la confiance des consommateurs dans les produits et les services fournis sur le marché de l’UE. Le commerce de détail est donc le secteur qui présente la plus grande visibilité pour les consommateurs, mais qui a également la responsabilité essentielle de n’offrir que les produits/services fiables et de qualité. Les participants ont parlé de l’impact positif de la numérisation sur le développement des entreprises, mais également de nouveaux défis auxquels ils sont confrontés avec l’essor du commerce électronique et la modification des modes de consommation. La normalisation, dans le contexte où la technologie numérique est devenue une partie intégrante du marché intérieur, et la disponibilité de normes garantissant l’interopérabilité de produits et services complémentaires sont essentielles. Selon les participants, le principal défi de la normalisation européenne est de fournir en temps utile des normes harmonisées, adaptées aux changements imposés par les transformations numériques. Les marchés publics sont des outils importants pour l’approfondissement et le renforcement du marché intérieur, pour la promotion de l’innovation et pour l’utilisation des fonds publics de manière efficace et avec des résultats satisfaisants pour la population. Les interventions des participants ont mis en exergue la nécessité d’utiliser aussi largement que possible la numérisation des procédures d’achats publics et l’importance de la formation professionnelle dans ce domaine, la surveillance du marché, de la conformité des produits et la reconnaissance mutuelle, dans le contexte de la Présidence roumaine au Conseil de l’UE. Au cours des débats, on a souligné l’importance de la coopération entre la Commission européenne et les États membres, afin de renforcer la capacité administrative des autorités de surveillance du marché et de développer l’infrastructure nécessaire pour tester les produits. Cela garantit que seuls les produits conformes aux exigences du droit de l’UE et aux conditions de concurrence équitables pour les opérateurs économiques sont mis sur le marché européen. En ce qui concerne le Règlement concernant la reconnaissance mutuelle, ses dispositions garantissent la libre circulation dans toute l’Union européenne de produits qui sont commercialisés légalement dans un État membre, mais qui ne relèvent pas du droit européen harmonisé.

Dans les conclusions finales de l’événement, Kristin Schreiber, directrice en charge des PME, de l’entrepreneuriat et du programme COSME de la Commission européenne – DG GROW, a souligné l’importance de cet événement à la fin du cycle législatif et institutionnel européen en cours et a félicité l’équipe du ministère de l’ économie et la Représentation permanente de la Roumanie auprès de l’UE (à Bruxelles) pour son implication et pour les résultats extraordinaires obtenus dans les négociations, notamment législatives, et pour l’organisation d’événements sur des thèmes liés au marché unique.

Dans ce contexte, nous soulignons que le ministère de l’économie a présidé les travaux du Conseil « Compétitivité » de l’UE et que les priorités de la Roumanie pendant la présidence du Conseil de l’UE ont ciblé le marché unique et l’industrie – deux secteurs particulièrement importants dans le contexte économique et social européen actuel.

Au cours de cette période très intense, 12 dossiers législatifs ayant un impact majeur sur le marché intérieur et l’environnement des affaires ont été finalisés, tandis qu’au sein du Conseil « Compétitivité » de l’UE les Conclusions concernant « Un nouveau niveau d’ambition pour un marché unique compétitif » ont été adoptées. Celles-ci insistent sur le fait qu’une attention particulière doit être portée aux défis de la numérisation et aux nouveaux modèles économiques. Le document souligne également la nécessité de supprimer les obstacles injustifiés au sein du marché intérieur, d’appliquer correctement les règles actuelles et de mettre au premier plan les citoyens et les entreprises.

Related posts

Réunion informelle des ministres de la Défense des États membres de l’UE à Bucarest

Alexandru Stefan

Le Ministre délégué pour les affaires européennes, George Ciamba, a présidé la première réunion du Conseil des Affaires Générales

Iulian Anghel

Conseil « Affaires économiques et financières » – principaux résultats

Alexandru Stefan