9 C
Bucharest
11 novembre 2019
Actualité Emploi et politique sociale

De hauts responsables européens ont discuté à Bucarest de la nécessité d’un nouveau départ pour la négociation collective en Europe

Le ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi, a participé aujourd’hui, le 25 juin 2019, au Palais Victoria, à la Conférence de haut niveau sur le thème « Un nouveau départ pour la négociation collective en Europe », organisée par le ministère du Travail en collaboration avec la Confédération Européenne des Syndicats (CES), dans le cadre de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, assurée par la Roumanie.

La manifestation de Bucarest a fourni un cadre de discussion et d’échange de perspectives aux représentants de la Commission européenne, de l’Organisation internationale du Travail, des ministres du Travail des États membres de l’Union européenne et des partenaires sociaux européens et nationaux.

Parmi les invités figuraient Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats, Jorg Tagger – chef de l’unité Dialogue Social au sein de la Commission européenne, Heinz Koller – directeur régional pour l’Europe et l’Asie centrale à l’Organisation internationale du Travail, Nils Trampe – président du Comité pour les relations industrielles de BusinessEurope, Gerhard Huemer – directeur des affaires économiques et fiscales de l’UEAPME, Bogdan Iuliu Hossu, président du Cartel ALFA et Leonard Bărăscu, président du CNSLR-Frația.

« Si la Déclaration de 2016 sur l’avenir du dialogue social constituait un premier pas vers le renforcement de la coopération pour améliorer la gouvernance européenne, nous pouvons considérer la conférence actuelle comme la prochaine étape dans l’effort conjoint visant à identifier le nouveau rôle de la négociation collective dans le développement de la dimension sociale de l’Union européenne et de la protection des droits des travailleurs», a déclaré le ministre Marius Budăi à l’ouverture de l’événement.

Selon lui, la pratique des États membres de l’UE en matière de dialogue social et de négociation collective n’est pas unitaire, les jeunes démocraties doivent encore apprendre sur l’organisation associative et sur la coopération constructive, volontaire et assumée.

Les défis actuels liés au développement des formes atypiques d’emploi, dans le contexte de l’économie verte, de la numérisation et de la technologie, avec un impact majeur sur la formation professionnelle, la protection des droits et la durabilité des systèmes sociaux induisent, selon le responsable roumain, des effets complexes, de nouveaux thèmes de dialogue et de négociation collective, mais aussi des questions légitimes sur la capacité des acteurs sociaux. Le Fonds social européen + pourrait représenter une nouvelle possibilité de financement pour les organisations et les États membres dans le but d’accroître leur capacité d’action.

Marius Budăi considère qu’il est de la responsabilité partagée des États membres et des partenaires sociaux européens d’encourager et de soutenir l’intégration d’organisations nationales dans des structures européennes similaires, mais également de renforcer la participation des partenaires sociaux nationaux au dialogue européen et à la négociation collective européenne à différents niveaux.

« Je pense qu’aujourd’hui toutes les parties ont exprimé leur volonté de coopérer et de prendre des mesures pour relancer la négociation collective en corrélation avec l’agenda social, dans le but de construire une Europe sociale, unie dans la diversité », a-t-il conclu.

Related posts

La réunion entre Ștefan-Radu Oprea et Peter Altmaier, le ministre fédéral pour les affaires économiques et l’énergie de l’Allemagne

Iulian Anghel

VIDEO Conférence « La lutte contre l’antisémitisme: une approche commune pour mieux protéger les communautés juives en Europe – de la politique à l’action »

Alexandru Stefan

La participation de la Secrétaire d’État Maria Magdalena Grigore à l’ouverture de la conférence « Développement durable de la Mer Noire »

Alexandru Stefan