9.5 C
Bucharest
23 octobre 2020
Actualité Éducation

Les directeurs des agences qui gèrent les programmes Erasmus+ et le Corps européen de solidarité ont eu un débat sur l’harmonisation des perspectives nationales à Bucarest

90 représentants de 54 agences nationales de 35 pays ou le programme européen Erasmus+ et le nouveau programme de la Commission européenne – le Corps européen de solidarité – est mis en œuvre, ont participé cette semaine (9-12 avril), à une réunion de travail à Bucarest.

L’événement organisé dans le contexte de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE a eu comme objectif le débat des possibilités d’harmonisation des différentes perspectives nationales dans les domaines thématiques abordés, de façon que les programmes dédiés à l’éducation et à la jeunesse puissent contribuer dans l’avenir, de manière plus efficace, à un progrès réel (personnel et professionnel) de tous les citoyens européens.

Les thématiques générales, comme l’inclusion de certaines catégories de personnes, notamment les jeunes avec des opportunités réduites, mais aussi les thématiques techniques, strictement liées à l’optimisation des deux programmes (simplification des candidatures, évaluation des projets ou la nécessité que ces projets produisent des effets durables, même après la clôture de la période de financement) ont créé un dialogue constructif. Les discussions ont permis la présentation et la promotion des éléments de succès, ainsi que d’autres défis auxquels les équipes des pays participants se sont confrontées, de même que des solutions appliquées.

« L’Agence Erasmus+ en Roumanie est l’une des institutions qui gèrent le programme Erasmus+ et tous les secteurs concernés, ainsi que le Corps européen de solidarité. L’agence est ainsi informée en permanence sur les défis, les solutions et les événements dans le système d’éducation national, mais aussi dans le secteur divers de la jeunesse et de l’éducation non-formelle. Le grand avantage de la réunion de Bucarest est celui de permettre un dialogue vif et ouvert, qui a touché une série large de sujets. Toutefois, même s’il existe des perspectives nationales et institutionnelles différents, nous nous sommes concentrés particulièrement sur celle qui nous occupe et nous rapproche. Nous espérons ainsi, que la nouvelle génération de programmes, qui débutera en 2021, soit plus efficace, plus ouverte et attrayante pour tous ceux qui savent et comprennent que le progrès peut être achevé seulement en apprenant ! », a déclaré Monica Calotă, directrice de l’Agence Erasmus+ ANPCDEFP Roumanie.

Les 90 participants ont été accompagnés par Augustin Mihalache et Lucian Mircescu, attachés de la représentation permanente de Roumanie auprès de l’Union européenne, qui ont parlé de l’importance de l’éducation « qui compte » au niveau européen et international et l’importance de la triade inclusion – mobilité – excellence, slogan du programme de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne dans le domaine de l’éducation.

Les représentants de la Commission Européenne, Marta Gutierrez-Benet, Robert France et Jose-Manuel Fernandez-Arroyo, ont parlé du rôle, de l’importance et des priorités du nouveau programme Erasmus post-2020 et ont répondu à des nombreuses questions des participants.

Le dernier jour de la réunion, Audrey Frith, directrice d’EURODESK, a présenté la manière dont le réseau appui l’activité de la Commission Européenne dans la promotion et la mise en œuvre de ses programmes dédiés particulièrement à la jeunesse.

Related posts

Directive sur le gaz: le Conseil approuve un mandat de négociation

Alexandru Stefan

La conférence « Prévenir les menaces hybrides à travers la résilience durable et la communication stratégique »

Iulian Anghel

Réunion informelle des ministres de la Défense des États membres de l’UE à Bucarest – programme de mise à jour pour les représentants des médias

Alexandru Stefan