10.2 C
Bucharest
30 octobre 2020
Actualité Emploi et politique sociale

L’égalité entre les sexes et l’indépendance économique des femmes, à l’ordre du jour de la deuxième journée de la réunion EPSCO à Bucarest

« La Roumanie a l’intention de continuer le dialogue pour une nouvelle stratégie de l’UE sur l’égalité entre les sexes et d’avancer dans les négociations », a déclaré le ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi, dans l’ouverture de la dernière journée des débats de la réunion informelle du Conseil pour l’emploi, la politique sociale, la santé et les consommateurs (EPSCO) du Palais du Parlement. À cette occasion, les ministres du travail de l’UE ont eu des échanges au sujet de « l’intégration du genre dans la dimension sociale de l’UE après 2020 ».

Le ministre Marius Budăi a présidé aujourd’hui, pour la deuxième journée consécutive, la première réunion informelle des ministres de l’emploi et des politiques sociales des États membres de l’UE, qui a été organisée par notre pays, dans le contexte de l’exercice de la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

Au début de son discours politique, Marius Budăi a affirmé que la « politique de l’UE sur l’égalité entre les sexes après 2019 devrait être consolidée et, par le biais de la promotion des valeurs fondamentales consacrées grâce à l’application de l’acquis européen, contribuer à la mise en œuvre des engagements internationaux de l’UE, tels que l’agenda des Nations unies pour le développement durable et des objectifs de développement durable (ODD) 2030, de la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), du programme d’action de Pékin et de la convention d’Istanbul ».

L’égalité entre les genres et l’indépendance économique des femmes sont, selon le ministère du travail et de la justice sociale, fondamentales pour une croissance économique durable. C’est pourquoi le ministre affirme qu’il est important d’assurer un cadre législatif qui permette aux femmes de bénéficier d’une indépendance économique réelle, leur assurant une participation pleine et responsable à la vie sociale et de famille, au processus de prise de décision, dans toutes les zones et à tous les niveaux.

Les progrès enregistrés au niveau européen dans la direction de l’égalité entre les femmes et les hommes ont été, à son avis, inégales. Ainsi, dans certains domaines, il y a eu une série d’obstacles.

Cette réalité est confirmée d’ailleurs par l’indice d’égalité entre les sexes 2017, élaboré par l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE), qui montre que le progrès enregistré dans cette direction par les États membres de l’UE reste lent. L’indice de l’égalité entre les sexes est passé, par exemple, de 62 points enregistrés en 2005 à 65 points en 2012 et à 66.2 points en 2015.

« De cette perspective je considère que l’égalité entre les sexes doit être établie comme une priorité politique de l’Union européenne et nous devons nous assurer de la mise en œuvre effective des politiques et de la législation dans ce domaine », a affirmé le responsable roumain.

A la fin des deux jours de débats, les participants à l’événement du Palais du Parlement sont arrivés à la conclusion qu’assurer des opportunités égales pour les femmes et les hommes est un souhait international et européen, qui, doit être transposé dans la pratique, par ordre de priorité, dans tous les domaines de politique. Dans ce sens, une approche duale est nécessaire, qui assure une intégration de la perspective de genre dans toutes les politiques avec des actions spécifiques ciblées.

En plus, pour assurer un équilibre réel entre la vie professionnelle et la vie de famille, les responsables européens considèrent qu’il est nécessaire d’éliminer l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, mais aussi d’encourager la répartition des tâches domestiques et de garde entre ceux-ci, par une série de mesures complémentaires, comme des congés payés ou non payés pour soigner leurs proches, des environnements de travail flexibles et pour les femmes et pour les hommes, dans la même mesure, mais aussi d’assurer l’accès aux services de soins de qualité à des prix accessibles.

L’égalité entre les hommes et les femmes est une partie essentielle du droit de l’UE, une valeur fondamentale et l’un des objectifs de l’Union européenne. Les engagements de la Commission européenne dans ce domaine comprennent la Charte des femmes (2010), la Stratégie pour l’égalité des chances entre les femmes et les hommes (2010-2015) et l’Engagement stratégique pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2016-2019.

Dans le contexte où le thème discuté ce matin, l’égalité entre les femmes et les hommes, n’a plus été abordé par le Conseil EPSCO depuis 2015, les ministres du travail présents à Bucarest ont décidé que ce sujet doit être inclus, prioritairement, sur l’Agenda UE après 2020.

Related posts

Le Conseil Compétitivité, les principaux résultats

Iulian Anghel

Ștefan-Radu Oprea, sur le commerce agroalimentaire de l’UE : « Nous devons promouvoir non seulement nos produits, mais aussi nos valeurs »

Iulian Anghel

Eugen Teodorovici, dans la commission ECON du Parlement européen : « L’Europe de la convergence est le thème principal de l’agenda de la Présidence roumaine du Conseil ECOFIN »

Iulian Anghel