11.3 C
Bucharest
25 octobre 2021
Actualité Emploi et politique sociale

Conférence sur la mobilité de la main-d’œuvre et l’équilibre du marché du travail, organisée à Bucarest

La conférence « La mobilité de la main-d’œuvre, élément fondamental de l’équilibre du marché du travail », organisée à Bucarest dans le cadre de la Présidence du Conseil de l’Union européenne, a réuni des représentants de la Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion (EMPL) de la Commission européenne, de l’Eurofound, ainsi que des experts EURES des États membres.

Le thème de la conférence de Bucarest était centré sur l’un des droits fondamentaux garantis aux citoyens européens, à savoir la liberté des travailleurs de chercher un emploi dans n’importe quel État membre. Les discussions ont porté sur les avantages et les défis du marché du travail de l’UE, ainsi que sur la coopération institutionnelle entre les États membres de l’UE en faveur des travailleurs mobiles.

« Sur la base des données recueillies au niveau des institutions de l’Union européenne, en 2017, 17 millions de citoyens de l’Union vivaient ou travaillaient dans un État membre autre que celui de leur nationalité, les chiffres ayant doublés par rapport à il y a dix ans. Compte tenu de cette réalité, une coopération efficace entre les autorités nationales et une action administrative concertée sont nécessaires pour gérer un marché du travail de plus en plus intégré, afin de garantir un impact positif sur les économies des États membres, les travailleurs et les entreprises nationales », a communiqué le ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi.

L’une des priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne est la mobilité de la main-d’œuvre et l’égalité des conditions de travail en tant que facteurs de croissance et de compétitivité dans les pays d’accueil et d’origine et sur le marché intérieur de l’Union européenne.

Par conséquent, la conférence a porté une attention particulière aux modèles de mobilité de la main-d’œuvre visant à développer la mobilité géographique et professionnelle des travailleurs dans des conditions équitables, en développant et en renforçant les instruments européens existants.

« Je pense que faciliter la mobilité des travailleurs de l’Union, ainsi que développer de véritables politiques d’intégration des immigrés dans les sociétés des États membres de l’Union sont des facteurs extrêmement importants qui peuvent contribuer à renforcer la capacité de relever les nouveaux défis et à mettre en œuvre les mesures établies par l’Union européenne dans ce contexte. Une application correcte et uniforme de la réglementation européenne sur la libre circulation des travailleurs au sein de l’UE et sur la sécurité sociale des travailleurs mobiles, ainsi que la transposition et l’évaluation de la nouvelle législation dans le domaine des relations de travail ne peuvent que faciliter la mobilité des travailleurs au sein de l’Union et garantir des conditions de concurrence équitable pour les entreprises de l’Union européenne, ainsi que le respect de leurs droits», a déclaré Daniela Moroșanu, secrétaire générale adjointe du ministère du travail et de la justice sociale.

La liberté des travailleurs de chercher un emploi dans tout État membre est un droit consacré dans les traités constitutionnels de l’Union européenne. Elle fait partie intégrante du concept de citoyenneté européenne, des droits et obligations résultant de la citoyenneté européenne et constitue un instrument essentiel pour la réalisation du marché unique. Celui-ci représente un espace sans frontières intérieures ainsi qu’un espace de liberté, de sécurité et de justice de l’Union, au sein duquel la libre circulation des personnes est assurée.

Au cours des débats, plusieurs aspects ont été pris en compte dans les objectifs de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, à savoir: l’identification et l’analyse des facteurs qui déterminent la mobilité externe de la main-d’œuvre, mais également l’intention des travailleurs mobiles de l’Union européenne à retourner dans le pays d’origine; les obstacles juridiques, administratifs et pratiques entravant la mobilité des travailleurs sur le marché intérieur de l’Union européenne et la coopération entre les administrations des États membres en vue de réduire/éliminer le travail sans forme juridique, d’éviter les risques de discrimination, d’abus et de violation des dispositions du droit de travail.

Related posts

Cabines de camions aérodynamiques – accord provisoire avec le Parlement en vue d’une introduction accélérée sur le marché

Alexandru Stefan

Accord avec le Parlement européen sur la directive concernant l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Alexandru Stefan

La réunion informelle de ministres de l’agriculture et de la pêche à Bucarest

Alexandru Stefan