27 C
Bucharest
18 août 2019
Actualité Démarches politiques générales

La Première ministre Viorica Dăncilă et le Ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi, ont participé au Sommet social tripartite de Bruxelles

La Première ministre Viorica Dăncilă et le Ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi, ont participé au Sommet social tripartite, qui a eu lieu le 20 mars, à Bruxelles. Le thème central de l’événement de haut niveau pour la croissance économique et l’emploi a été « Pour une Europe plus forte, unie et tournée vers l’avenir ».

La réunion du Sommet, à laquelle ont participé des représentants des syndicats et des patronats européens, a été coprésidée par le Président du Conseil européen, Donald Tusk, par le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et par la Première-ministre roumaine, Viorica Dăncilă, vu qu’actuellement c’est la Roumanie qui assure la présidence tournante du Conseil européen. La Ministre des fonds européens, Rovana Plumb, et le Ministre délégué aux Affaires européennes, George Ciamba, ont été aussi présents.

Le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a rappelé les directives et les règlements sur lesquels le Parlement européen et la Présidence roumaine du Conseil sont arrivés à un accord, pendant les dernières semaines. Parmi ceux-ci se retrouve aussi l’accord politique provisoire obtenu lundi, le 19 mars, relatif au règlement de modification des normes européennes sur la coordination des systèmes de sécurité sociale (règlements 883 et 987), qui assure la mise à jour et la protection des droits des citoyens qui se déplacent dans un autre pays de l’UE et qui facilite la coopération entre les autorités nationales.

A son tour, le Président du Conseil européen, Donald Tusk, a salué le 50ème anniversaire de la mobilité de la main d’œuvre.

« La Roumanie a soutenu constamment le besoin et l’importance d’assurer un standard de vie le plus élevé possible. Dans ce sens, à part les démarches faites au niveau européen, que la Roumanie a soutenues de façon active et constante, sur le plan interne on a pris des mesures concrètes, censées contribuer à atteindre l’objectif de convergence. De cette perspective, une priorité du Gouvernement de la Roumanie est de prendre des mesures qui puissent contribuer à améliorer le niveau de vie des citoyens en concordance avec le niveau de croissance économique. L’une des mesures déjà mises en œuvre a visé l’assurance d’un niveau salarial adéquat dans des domaines clé, comme la santé ou l’éducation. Les mesures mises en œuvre au niveau national ont mené à des changements considérables du niveau de vie des citoyens. Le pouvoir d’achat a augmenté grâce aux augmentations des pensions et des salaires au-delà du niveau de l’inflation. A titre d’exemple, pendant deux ans, le pouvoir d’achat au niveau national a augmenté de 20,6% par rapport au salaire moyen », a souligné la Première-ministre Viorica Dăncilă.

Les discussions se sont articulées autour des trois sous-thèmes suivants : 50 ans de mobilité du travail – tirer le meilleur parti de la libre circulation des travailleurs pour le bon fonctionnement des marchés du travail ; réaliser des investissements dans un marché unique approfondi et plus équitable ; s’appuyer sur l’initiative « un nouveau départ pour le dialogue social » pour façonner un nouveau monde du travail.

Le Ministre du travail et de la justice, Marius Budăi, a coordonné le débat sur : « le 50ème anniversaire de la mobilité de la main d’œuvre – tirer le meilleur parti de la libre circulation des travailleurs pour le bon fonctionnement des marchés du travail ».

« La mobilité des travailleurs est l’expression d’un principe fondamental, celui de la libre circulation, un élément essentiel du marché communautaire de la main d’œuvre. Ce droit essentiel de nos citoyens est énoncé dans le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, étant l’un des droits consacrés dès les premières étapes de la construction européenne. Il faut également remarquer que de plus en plus des citoyens européens utilisent le droit de libre circulation, optant pour un poste de travail dans un autre État membre de l’UE », a déclaré le Ministre du travail, Marius Budăi.

Le responsable roumain a accentué le fait que la confiance et la coopération entre les États membres doivent être le fondement d’un marché du travail vraiment inclusif, pour les travailleurs de tous les États membres, sans limitations, surtout dans le contexte dans lequel les effets de la crise économique au niveau mondial continuent à affecter le marché du travail dans son ensemble.

Au Sommet social tripartite de Bruxelles ont participé aussi des responsables de la Finlande et de la Croatie, les deux États qui assureront la Présidence tournante du Conseil de l’UE, après la Roumanie.

Related posts

LE RÉSEAU EUROPÉEN DE PRÉVENTION DE CRIMINALITÉ, REUNI À BUCAREST

Iulian Anghel

Le programme et les priorités de MMACA durant la Présidence roumaine au Conseil de l’Union Européenne

Iulian Anghel

Pensions: le Conseil confirme l’accord concernant le produit de pension paneuropéen

Alexandru Stefan