0.4 C
Bucharest
26 janvier 2020
Actualité Emploi et politique sociale

La Roumanie, félicitée à Bruxelles pour les résultats obtenus pendant la première partie du mandat de la Présidence du Conseil de l’UE

Le ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi, a conduit les débats du Conseil EPSCO, qui ont eu lieu vendredi, le 15 mars, à Bruxelles et qui ont porté sur l’initiative visant à améliorer le fonctionnement du marché du travail et le règlement sur le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM).

La commissaire européenne chargée de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, Marianne Thyssen, et plusieurs ministres du travail des Etats membres ont profité de l’occasion pour féliciter la Roumanie, car, en deux mois seulement après la prise en charge de la Présidence du Conseil de l’UE, elle était parvenue à un accord provisoire avec le Parlement européen sur toutes les quatre priorités en matière d’emploi et d’affaires sociales, qu’elle a assumées pendant son mandat de la Présidence du Conseil de l’UE :

La directive relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles ;

La proposition de règlement établissant une Autorité européenne du travail (AET) ;

La directive sur l’exposition des travailleurs à des agents cancérigènes ;

La directive concernant l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les responsables européens présents à Bruxelles ont dégagé une orientation générale partielle sur une proposition de règlement relatif au Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM). L’objectif du FEM est d’aider les travailleurs à se maintenir ou à réintégrer le marché du travail lorsqu’ils sont confrontés à des restructurations imprévues de grande ampleur, au moyen du financement de mesures actives en faveur de l’emploi. L’assistance du FEM s’ajoute aux efforts déployés par les Etats membres aux niveaux nationaux, régional et local.

Les discussions au sein de l’EPSCO ont également porté sur une allocation de ressources adéquates à la multiplication des opportunités d’emploi, surtout pour les personnes n’étant pas intégrées sur le marché du travail, et à l’adoption de mesures de prévention.

Par ailleurs, les Etats membres de l’UE doivent trouver des solutions pour faire face aux changements structurels induits par l’évolution rapide des technologies comme le passage au numérique, l’automatisation, la robotique et l’intelligence artificielle, ainsi qu’à la demande sans cesse croissante en compétences différentes sur le marché du travail. Le phénomène est accentué par le vieillissement de la population et par les migrations. Dès lors, au sein de l’UE, il y a une forte préoccupation pour que tous les citoyens, y compris les plus âgés, acquièrent et améliorent constamment leurs connaissances et aptitudes pour pouvoir rester actifs et autonomes.

« Développer les compétences des adultes doit rester une priorité au sein de tous les Etats membres dans le contexte des changements socioéconomiques dans l’UE. Dans le contexte actuel, les personnes doivent comprendre qu’elles ne peuvent plus se reposer uniquement sur leur éducation et leur formation initiales. Elles doivent constamment mettre à jour et renouveler leurs connaissances afin d’être efficaces sur le marché du travail et nous devons prendre les mesures nécessaires au maintien d’un équilibre entre la formation professionnelle et l’éducation, les responsabilités des personnes et des employeurs », a déclaré le ministre du travail et de la justice sociale, Marius Budăi.

Les ministres présents au Conseil EPSCO ont examiné les mesures pouvant être prises dans le contexte du socle européen des droits sociaux en vue d’une meilleure corrélation des politiques sur l’emploi et la protection sociale : quels instruments pour renforcer les initiatives nationales et locales en vue de créer des emplois de qualité, favorisant une croissance de l’inclusion, et quelles réformes pour lutter efficacement contre le chômage.

Related posts

Réunion des agents des gouvernements des États membres de l’UE à la CJUE organisée sous l’égide de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE

Alexandru Stefan

Coprésidence du Ministre délégué aux Affaires européennes, George Ciamba, de la Réunion informelle des ministres des affaires européennes de l’UE sur le thème du patrimoine culturel européen

Alexandru Stefan

Entretien du ministre délégué aux Affaires européennes, George Ciamba, avec la vice-présidente du Parlement européen, Sylvie Guillaume – « Communication avec les citoyens, une priorité pour définir l’avenir de l’UE »

Alexandru Stefan