28.3 C
Bucharest
17 juin 2019
Actualité Démarches politiques générales Galerie Vidéo

Participation du Premier ministre Viorica Dăncilă à la conférence « L’avenir de la mémoire: Le Musée national d’histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie »

Discours du Premier ministre Viorica Dăncilă à l’ouverture de la conférence « L’avenir de la mémoire: Le Musée national d’histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie »

Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Public honoré,

La conférence internationale « L’avenir de la mémoire: Le Musée national d’histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie » est le deuxième événement de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, qui aborde la question de la lutte contre l’antisémitisme, la xénophobie et toutes les formes d’intolérance, soulignant ainsi l’importance particulière accordée par la Roumanie à cette question, qui est l’une des priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne.

L’événement d’aujourd’hui, complémentaire de celui que nous avons inauguré il y a environ un mois à Bruxelles, est axé sur la promotion de l’un des plus importants projets actuellement à l’étude au niveau national, l’ouverture du Musée national d’histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie.

Comme vous le savez sans doute, la Roumanie a exercé, en 2016-2017, la Présidence de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste. Cette expérience a montré que des mesures supplémentaires étaient nécessaires au niveau national, à la fois pour promouvoir l’éducation à l’Holocauste et pour sensibiliser la conscience publique de la société roumaine, sur des éléments liés à la responsabilité de la Roumanie lors des événements de la période de l’holocauste et à la mémoire des victimes de l’Holocauste en Roumanie.
Le projet que j’ai mentionné, celui de l’inauguration du Musée national d’histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie, a pour objectif ambitieux de contribuer à la promotion de l’éducation à l’Holocauste au niveau de l’ensemble de la société roumaine. Tous les décideurs concernés sont impliqués dans ce projet – du Gouvernement aux autorités locales, à la communauté juive et aux partenaires internationaux. C’est un projet qui a bénéficié et continuera de bénéficier de l’appui total du Gouvernement roumain.

Je saisis cette occasion pour saluer la présence des représentants actuels de certains des plus importants musées mémoriaux, que je remercie non seulement pour leur présence ici et pour participer à cet événement, mais également pour le soutien constant et la participation active à la réalisation du projet d’ouverture du Musée national d`histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie!
Ce musée sera consacré à l’histoire, à la culture et aux traditions des communautés juives et nous voulons devenir un véritable point de référence pour comprendre et prendre conscience de la contribution des communautés juives de Roumanie au progrès de la société roumaine à travers l’histoire.

Nous savons qu’aujourd’hui, dans votre programme, il est également prévu de visiter l’exposition consacrée à une Roumaine qui nous honore, Viorica Agarici, une héroïne dans deux pays, un pont entre deux religions, celle qui a fait preuve du plus haut degré d’humanité et de courage à l’extrême, aidant les survivants juifs du « Train de la mort » après le pogrom de Iasi. Viorica Agarici a été déclarée par l’État d’Israël Juste parmi les peuples et un arbre à sa mémoire de l’allée des Justes a été planté au Musée Yad Vashem de Jérusalem.
Dans le même temps, il est prévu de présenter le projet Viorica Agarici lors d’une exposition permanente dans un musée de la Gare de Roman, là où,le 3 juillet 1941, malgré les ordres militaires, elle a demandé l’ouverture des portes des wagons et d`aider les Juifs blessés ou moribonds, survivants du pogrom de Iasi et déportés par le « Train de la mort » dans le camp de Calarasi, sauvant la vie de nombreuses personnes qui seraient décédées par asphyxie et par déshydratation.

Mesdames et Messieurs,
Comme mentionné, le quatrième pilier des priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE, l’Europe des valeurs communes, couvre les questions liées à la lutte efficace contre le racisme, l’intolérance, la xénophobie, le populisme, l’antisémitisme et le découragement du discours de haine.
Dans le contexte européen actuel, marqué par la montée inquiétante des phénomènes d’intolérance, cet événement de la Présidence roumaine a pour objectif d’explorer les moyens de lutter contre ces phénomènes.
Les musées commémoratifs jouent un rôle particulièrement important à cet égard, car ils combinent de manière optimale des valeurs éducatives, mémorielles, académiques et commémoratives dans la lutte contre le déni et la minimisation de l’Holocauste et contribuent ainsi à la constitution de la mémoire collective des membres d’une société.

Cher auditoire,
Des résultats récents d’enquêtes européennes montrent que l’antisémitisme est un problème croissant dans les sociétés européennes. Les membres de la communauté juive de plusieurs pays européens sont victimes de discrimination à l’école, au travail, en ligne, dans les médias et dans la politique, craignent pour leur sécurité et leur famille et évitent d’afficher des symboles publics pouvant les identifier comme Juifs. Les synagogues et les cimetières juifs sont souvent soumis au vandalisme et à la destruction.
La lutte contre de tels développements nécessite des mesures nationales sans équivoque et fermes. L’ouverture de musées commémoratifs de l’Holocauste fait partie de ces mesures, qui ont la capacité d’influencer la perception par le public concernant l’Holocauste!

Mesdames et Messieurs,
L’histoire doit être connue et assumée. Notre devoir d’honneur est de lutter ensemble contre toutes les manifestations d’intolérance ethnique ou religieuse.
En ce sens, j’estime que l’implication des communautés juives dans les mesures envisagées pour lutter contre l’antisémitisme et le négationnisme / minimisation de l’Holocauste est absolument nécessaire au développement de solutions efficaces pour lutter contre ce phénomène. À cet égard, je me félicite de l’implication substantielle de la Fédération des communautés juives de Roumanie dans le projet d’ouverture du futur Musée national d’histoire des Juifs et de l’Holocauste en Roumanie, ainsi que de la présence du président de la fédération, M. Aurel Vainer, à l’événement d’aujourd’hui.
J’apprécie tout particulièrement le soutien constant que la Fédération a apporté à tous les projets gouvernementaux visant à lutter contre la minimisation de l’Holocauste et à la commémoration des victimes de l’Holocauste en Roumanie.

Public honoré,
Nous soutenons le partage de l’expérience accumulée par la Roumanie pendant plus de dix ans dans le processus d’assimilation et de culture des valeurs représentées par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste – création d’institutions au niveau national, étude scientifique du phénomène de l’Holocauste en Roumanie, commémoration des victimes.
Nous voulons que les efforts de la Roumanie dans le domaine de l’éducation, de la recherche et de la mémoire concernant l’Holocauste soient un point de référence pour les États de la région et au niveau international. Nous souhaitons également que les projets ambitieux de la Roumanie dans ce domaine se concrétisent.
De tels événements, comme ceux d’aujourd’hui, contribuent à la fois à prendre conscience du passé historique et à faire éviter de futures tragédies en promouvant la tolérance et en combattant les discours extrémistes.
Je vous remercie de votre présence aujourd’hui à cet événement et je souhaite plein succès à la conférence!

Related posts

La participation de la Secrétaire d’État chargée des Affaires européennes, Melania – Gabriela Ciot, à la conférence « Une Europe des valeurs communes et la société civile »

Alexandru Stefan

La radicalisation en milieu carcéral: le Conseil adopte des conclusions

Iulian Anghel

Politique numérique pour la période après 2020 – le Conseil adopte des conclusions

Alexandru Stefan