12 C
Bucharest
23 février 2020
Actualité Démarches politiques générales Galerie Vidéo

Présentation des résultats de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne par le Premier ministre Viorica Dăncilă

Présentation des résultats de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne par le Premier ministre Viorica Dăncilă

« Je présenterai aujourd’hui le bilan des deux premiers mois de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne.

La Communauté européenne signifie une vie meilleure pour des centaines de millions de citoyens, de la sécurité sociale et de la cohésion, des droits et des libertés garanties. Ce sont les principes qui nous ont guidé les actions et qui nous inspirent toujours dans l’exercice de ce mandat.

Le gouvernement roumain, les ministres et la Représentation permanente ont agi avec professionnalisme et responsabilité. En deux mois seulement, nous avons obtenu des résultats que d’autres présidences n’ont pas atteints au cours d’un mandat entier.

Cela montre à quel point les attaques et les prédictions sombres lancées avant la prise en charge de ce mandat ont été sans fondement, et ceux qui les ont lancées ont agi par des considérations purement électorales, sans se soucier qu’ils mettaient la Roumanie sous un jour défavorable à l’étranger.

En dépit de ces attaques, nous avons réalisé un mandat efficace et de qualité, particulièrement apprécié par tous les partenaires européens. Les roumains peuvent en être fiers. Lors de toutes les réunions de haut niveau que nous avons eues pendant cette période, la Roumanie a été félicitée pour la manière exceptionnelle dont elle a géré les dossiers lourds figurant dans l’agenda.

Les ministres ont présidé de nombreuses réunions au cours desquelles ils ont prouvé que le gouvernement roumain avait la capacité et l’expérience nécessaires pour contribuer à identifier les meilleures solutions pour les grands thèmes de l’agenda européen : définir le budget de l’Union européenne pour l’après 2020, le fonctionnement du marché unique européen et la compétitivité de l’industrie, la stimulation de la numérisation, la protection des droits sociaux, la sécurité intérieure, la lutte contre le terrorisme, la gestion des défis posés par la migration, l’avenir de l’Union européenne après le Brexit.

Grâce à une coopération étroite et à un dialogue ouvert et constructif avec les représentants de la Commission européenne, du Parlement européen et du Secrétariat général du Conseil, ainsi qu’avec tous les États membres, nous sommes parvenus à un consensus, y compris sur des dossiers stagnants depuis très longtemps.

Depuis la prise en charge du mandat, nous avons géré plus de 650 manifestations et réunions, à la fois en Roumanie et à Bruxelles, avec la participation de plus de 2 600 délégués.

La collaboration interinstitutionnelle est très importante pour l’exercice de la présidence tournante. C’est pourquoi nous avons tenu des consultations sur les priorités de notre mandat avec tous les partenaires européens : le Collège des commissaires, le Parlement européen, le Comité économique et social européen (CESE), le Comité des régions (CoR) et avec tous les dirigeants européens.

Nous agissons ensemble pour répondre au mieux aux attentes légitimes des citoyens, en associant toutes les institutions, la société civile et les pouvoirs locaux et régionaux à l’élaboration des politiques de l’Union européenne.

De même, nous nous sommes engagés à promouvoir les valeurs européennes par la lutte contre l’intolérance, la xénophobie, l’antisémitisme et le racisme.

La conférence sur la lutte contre l’antisémitisme a été l’une des premières manifestations que nous avons organisées en tant que pays exerçant la présidence tournante, justement pour faire passer un message fort de rejet de toutes formes de discrimination.

Dès les premiers jours du mandat, nous avons imposé un rythme alerte des activités, sachant que nous avions un nombre important de dossiers à traiter dans un délai plus court que celui d’autres présidences.

Vu que les élections au Parlement européen ont lieu pendant notre mandat, nous avons intensifié les discussions avec le Parlement européen afin de clore un maximum de dossiers.

Et nous sommes parvenus à mener à bien les négociations pour 67 dossiers ayant un impact majeur au niveau de l’UE, ce qui signifie que le gouvernement roumain a obtenu, en deux mois seulement, le consensus pour un nombre de questions européennes supérieur à celui réalisé en six mois par d’autres gouvernements ayant exercé la présidence.

Nous avons des réalisations sur tous les quatre piliers des priorités du mandat : l’Europe de la convergence, l’Europe de la sécurité, l’Europe en tant qu’acteur mondial et l’Europe des valeurs communes.

Nous sommes donc une présidence qui apporte des résultats pour les citoyens dans tous les domaines.

Dans le cadre du pilier l’Europe de la convergence, nous avons obtenu des résultats dans les domaines de la croissance économique et de l’emploi.

En ce qui concerne la promotion de la numérisation, de l’innovation et de la connectivité, nous sommes parvenus à des accords provisoires avec le Parlement européen sur des dossiers tels que les droits d’auteur, la relation entre les plates-formes en ligne et les commerçants, le programme pour une Europe numérique ou la réutilisation des données à plus grande échelle, financées par des fonds publics.

La mise à jour du cadre juridique sur les droits d’auteur a constitué une réussite majeure pour notre présidence, vu que les discussions en la matière stagnaient depuis plus de trois ans.

Les nouvelles réglementations permettront de dégager les opportunités du monde numérique, à la fois pour les créateurs, dont les droits doivent être pleinement respectés, et pour les citoyens européens, bénéficiaires des avantages du marché unique numérique.

En ce qui concerne le programme pour une Europe numérique, nous avons obtenu, dans un seul trilogue, un accord politique partiel provisoire avec le Parlement européen. Nous sommes persuadés que ce programme apportera des bénéfices substantiels à tous nos citoyens et à toutes nos entreprises, en stimulant les investissements dans des domaines essentiels pour la compétitivité et l’innovation, comme l’intelligence artificielle, les ordinateurs à haute performance et la sécurité informatique.

Pour un environnement moins pollué, nous avons avancé dans l’agenda européen le dossier sur la promotion des véhicules propres. Nous sommes parvenus, avec le Parlement européen, à stimuler le marché et à encourager les pouvoirs publics à utiliser des véhicules à faibles émissions de dioxyde de carbone. En outre, la Présidence roumaine et le Parlement européen sont parvenus à un accord politique relatif à une mise en place plus rapide des cabines aérodynamiques sur le marché des transports. Ces cabines permettront d’économiser du carburant, d’améliorer la visibilité, la sécurité et le confort des conducteurs et d’accroître la sécurité des autres usagers de la route.

Au niveau social, nous avons fait des pas concrets également en matière de protection des droits des travailleurs. Nous avons clôturé des dossiers clés dans le domaine social et je voudrais en citer quelques-uns : la directive relative à des conditions de travail transparentes et prévisibles, dont les dispositions profiteront aux millions de travailleurs européens ; la directive sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour les parents et pour les personnes ayant la garde des enfants, ayant une contribution majeure à la promotion de l’égalité des genres, ou les règles sur la réduction des expositions aux cancérigènes sur le lieu de travail.

Ce sont des règlements qui répondent aux défis actuels de l’Union européenne.

La présidence roumaine a fait également un pas important vers un meilleur fonctionnement du marché du travail en Europe. Nous sommes parvenus à un consensus avec le Parlement européen sur le règlement instituant l’Autorité européenne du travail (ELA). Cet organisme appuiera l’application de la législation de l’UE et fournira des informations aux employés et aux employeurs sur la mobilité de la main-d’œuvre.

Un résultat exceptionnel en matière d’énergie est l’accord politique avec le Parlement européen sur la proposition de révision de la directive sur le gaz naturel.

C’est un résultat du gouvernement roumain d’autant plus important qu’il a bénéficié d’un large soutien des États membres, après une longue période de négociations intenses et extrêmement difficiles, vu la complexité et l’impact de cette proposition en termes géostratégiques, ainsi que pour renforcer la sécurité énergétique de l’UE.

Cette démarche contribuera à assurer un cadre réglementaire unitaire et transparent au niveau européen, en termes d’interconnexions en matière de gaz naturel avec les pays tiers, dans le cadre de l’objectif stratégique de l’Union européenne d’accroître la sécurité énergétique.

Par ailleurs, la Présidence roumaine a clôturé le dossier sur les nouvelles règles garantissant que les produits mis sur le marché unique sont sûrs et conformes à la législation sur la santé, la protection des consommateurs, la protection de l’environnement et la sécurité publique.

La santé des finances européennes est cruciale pour la croissance économique.

Les ministres travaillent intensément aux côtés de la représentation permanente pour définir le futur budget pluriannuel de l’Union – l’un des dossiers les plus importants que nous traitons en tant que présidence en exercice. Le cadre financier pluriannuel est plus qu’un accord sur les montants que chaque État membre reçoit du budget européen.

Le Conseil européen a confié au Conseil de l’Union européenne la poursuite des négociations. La présidence roumaine a la mission d’élaborer des lignes directrices pour leur prochaine étape en vue de parvenir à un accord politique à l’automne prochain.

En vertu de ce mandat, nous visons l’élaboration d’un document de négociation simplifié et équilibré, facilitant la prise de décision au niveau des dirigeants européens. Par ailleurs, nous avons fait des progrès en ce qui concerne les propositions sectorielles pour le cadre financier pluriannuel.

Concrètement, nous sommes parvenus à des accords avec le Parlement européen sur des propositions sectorielles prioritaires, telles que : le fonds européen de défense, le programme Fiscalis, le programme InvestEU, le programme pour une Europe numérique 2021 – 2027.

En même temps, de nouvelles règles ont été fixées, visant à réduire les risques dans le secteur bancaire de l’UE. Ces mesures garantiront que le secteur bancaire dispose d’un capital suffisant pour procéder à des prêts aux personnes physiques et morales en toute sécurité, tandis que les contribuables sont protégés contre les éventuelles difficultés auxquelles les banques seraient confrontées.

Le pilier l’Europe de la sécurité. La sécurité des citoyens est également au cœur des actions que nous avons entreprises et que nous poursuivrons dans le cadre du mandat de la présidence tournante.

De ce point de vue, le renforcement de la protection des frontières extérieures de l’Union constitue un objectif prioritaire.

Au cours des discussions que nous avons eues pendant ces deux mois, nous avons réussi à faire avancer les négociations sur l’extension du mandat de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes et nous sommes parvenus à un accord au niveau du Conseil de l’UE sur le texte intégral du règlement visant à renforcer le mandat de cette agence.

Dans le domaine des migrations, la Présidence roumaine du Conseil de l’UE a contribué à l’avancement des discussions sur toutes les composantes visant une approche complexe de ce phénomène.

Un progrès important est l’obtention de l’accord politique avec le Parlement européen sur la révision du cadre juridique régissant le fonctionnement du réseau européen des officiers de liaison en matière de migration.

Nous avons l’objectif de renforcer le rôle de ces officiers dans la lutte contre le trafic de migrants et d’améliorer la coordination des États membres avec les pays tiers. L’avantage des nouvelles réglementations est qu’elles permettront un contrôle plus efficace des frontières extérieures de l’Union européenne.

Pour ce qui est de la sécurité intérieure, nous avons conclu les négociations sur l’interopérabilité des systèmes informatiques au niveau de l’UE. En facilitant l’échange d’informations, la sécurité et la qualité des contrôles aux frontières extérieures seront améliorées en vue de la prévention et de la lutte contre la migration illégale.

Nous avons également achevé les négociations sur les dossiers relatifs à la libre circulation au sein de l’UE, à la réduction du risque terroriste et de la criminalité transfrontalière, ainsi que la révision du cadre juridique régissant l’octroi des visas afin de faciliter les voyages d’affaires et le tourisme.

Le règlement sur les précurseurs d’explosifs est un autre dossier ayant un impact sur la sécurité des citoyens géré et que la Présidence roumaine du Conseil de l’UE a mené à bonne fin. Il s’agit désormais de règles plus strictes pour l’utilisation des explosifs, une mesure préventive importante dans le contexte des efforts dans la lutte contre les menaces terroristes.

En ce qui concerne le renforcement du rôle de l’Europe en tant qu’acteur mondial, les réunions des ministres des affaires étrangères et des ministres de la défense organisées à Bucarest ont permis des débats constructifs sur une série de thèmes d’intérêt stratégique figurant à l’agenda commun.

Je voudrais mentionner aussi les avancées au sujet du parcours européen des Balkans occidentaux, des perspectives du Partenariat oriental et du renforcement et de la cohérence des nouvelles initiatives en matière de défense européenne respectivement.

L’objectif central autour duquel le gouvernement roumain a défini ses priorités est d’accroître la confiance des citoyens dans le projet européen, par le maintien de l’unité, de la cohésion et de la solidarité en tant qu’éléments fondamentaux.

Dans ce contexte, l’organisation des élections au Parlement européen pendant notre mandat est une priorité clé. Nous nous sommes engagés fermement à contribuer à la mise en place d’un environnement sûr pour le déroulement libre et correct des élections.

Un autre progrès de la Présidence roumaine du Conseil est l’obtention d’un accord politique modifiant la législation sur le fonctionnement et le financement des partis et des fondations politiques européennes, afin de prévenir et de sanctionner la violation des dispositions relatives à la protection des données à caractère personnel dans le contexte électoral.

En outre, les conclusions du Conseil « Affaires générales » relatives à une série de mesures non législatives ont été adoptés afin d’assurer l’intégrité et la résilience du processus électoral européen.

Notre objectif est de fournir une réponse coordonnée aux menaces qui pèsent sur ce processus électoral crucial pour l’avenir de l’Union et qui peuvent revêtir diverses formes, notamment les menaces hybrides, les cybermenaces et la désinformation. Nous voulons être certains que l’Europe des valeurs soit promue au bénéfice direct du citoyen européen.

Tant à Bruxelles, qu’à Bucarest, nous avons souligné que l’Union européenne pourrait progresser dans l’esprit des idées fondatrices du projet européen, seulement en préservant sa cohésion et en comblant les écarts entre les États membres, dans toutes leurs formes d’expression.

C’est, d’ailleurs, la devise clé de notre présidence : « La cohésion, une valeur européenne commune ».

A cet effet, les ministres poursuivent leur engagement au soutien des politiques européennes traditionnelles : la politique de cohésion et la politique agricole commune, ayant toutes deux un impact majeur sur la réduction des écarts de développement et sur la garantie de la convergence économique et sociale.

Nous avons déjà réussi, avec le Parlement européen et la Commission européenne, à achever les négociations sur la proposition de règlement sur les paiements directs et l’aide au développement rural pour les années 2019 – 2020. Nous avons recherché un cadre législatif pour aider les États membres à préparer en temps utile la mise en œuvre de la future politique agricole commune (PAC) et à assurer une transition en douceur au cours de la prochaine période de programmation.

Plus encore, l’accord sur l’ensemble des règles relatives aux pratiques commerciales déloyales garantira la protection de tous les agriculteurs de l’UE et de toutes les entreprises agroalimentaires.

Nous avons également porté notre attention sur la dimension extérieure de la politique commune de la pêche, en poursuivant les démarches pour l’achèvement des plans de gestion pluriannuels et en parvenant, avec l’appui des codécideurs, à un accord politique sur plusieurs dossiers.

Nous avons également obtenu des résultats concrets dans le domaine de la sécurité alimentaire dans le cadre du marché intérieur. A cet effet, l’accord politique avec le Parlement européen sur la proposition de règlement relatif à la Loi générale sur les denrées alimentaires renforcera la confiance des citoyens dans le cadre réglementaire de l’UE en matière de sécurité des denrées alimentaires.

Concrètement, les citoyens auront un accès plus facile à l’information sur la sécurité alimentaire et sur la santé humaine.

Ce que nous avons réussi à faire au cours des deux premiers mois du mandat grâce à une participation active, à un dialogue ouvert avec tous les partenaires européens, montre l’engagement fort du gouvernement roumain à l’égard du projet européen.

Par les résultats obtenus jusqu’à présent et par la détermination de continuer au même rythme, nous avons montré que la Roumanie croit fermement en une Europe forte et unitaire dans toutes ses dimensions : politique, économique et sociale.

Les ministres du cabinet, les équipes d’experts qu’ils coordonnent et la Représentation permanente de la Roumanie ont conjointement confirmé que la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne avait également la capacité et l’expérience nécessaires afin de parvenir aux résultats attendus par les citoyens, ce que tous nos partenaires européens ont remarqué.

Ceci est un bilan d’étape et je suis persuadée que nous poursuivrons au même rythme soutenu et, qu’à la fin du mandat de six mois, nous nous présenterons à tous comme une présidence efficace et de qualité qui aura obtenu les résultats attendus pour une vie meilleure de tous les citoyens européens.

Nous sommes prêts à négocier les dossiers suivants et à organiser des réunions dont les conclusions contribueront à améliorer les politiques européennes.

Le gouvernement roumain est en phase avec les préparatifs et l’organisation du Sommet de Sibiu, le 9 mai 2019, consacré à l’avenir de l’Union européenne et au futur agenda stratégique des dirigeants pour la période 2019 – 2024.

Parallèlement, nous poursuivrons les débats sur des thèmes importants pour l’avenir de l’Europe, tels que :

– la lutte contre la discrimination, l’intolérance, la xénophobie, l’antisémitisme et le racisme ;

– la politique de migration et d’asile ;

– la réduction des écarts entre les régions de développement ;

– le renforcement du marché unique ;

– le développement durable ;

– la sécurité sociale et des frontières.

Je suis confiante que le gouvernement roumain continuera à atteindre les résultats escomptés, d’autant plus que nous venons de compléter notre équipe, après la nomination des nouveaux ministres du développement régional et des transports.

Enfin, puisqu’aujourd’hui c’est la Journée internationale de la femme, je souhaite à toutes les femmes joyeux anniversaire et qu’elles mettent en œuvre tout ce qu’elles se sont proposé !

Mesdames et mesdemoiselles de toute l’Europe, je tiens à ce que vous sachiez que vous avez en la personne du Premier ministre roumain un fervent défenseur de la promotion de l’égalité des genres, dans tous les domaines de la société : économique, politique et social.

Mercredi, j’ai participé à Bruxelles au Conseil européen des femmes et, hier, nous avons lancé un débat dédié à la promotion de l’égalité des genres, organisé par la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne.

J’ai transmis le message dans lequel je crois fermement : de nouvelles mesures s’imposent aux niveaux national et européen pour combler l’écart de rémunération entre hommes et femmes, pour promouvoir les femmes dans les affaires et dans des postes d’encadrement.

En tant que première femme Premier ministre de la Roumanie, je suis persuadée que les femmes ont la force et les qualités nécessaires pour poursuivre le changement en bien de la société, en identifiant, de manière implicite, les meilleures solutions pour l’avenir de l’Europe.

Je vous remercie.

Related posts

La ministre Rovana Plumb à Madrid: La Présidence Roumaine de l’Union européenne repose sur la fluidisation du processus de programmation des fonds européens et davantage sur plus de flexibilité

Alexandru Stefan

La conférence « La justice pénale dans le cyberespace » – du 26 au 27 février 2019

Iulian Anghel

Réunion informelle des ministres des Affaires Intérieures de l’UE

Iulian Anghel