3.2 C
Bucharest
7 décembre 2021
Actualité Démarches politiques générales Galerie Vidéo

Le discours du premier ministre Viorica Dăncilă au Conseil européen des femmes de Bruxelles le 6 mars, 2019

Monsieur le Président du Parlement européen,

Mesdames les Vice-présidentes du Parlement européen,

Mesdames les Présidents des commissions du Parlement européen,

Mesdames et messieurs les Commissaires européens,

Mesdames et messieurs,

Chère audience,

C’est un grand plaisir pour moi de participer aujourd’hui, à l’approche de la Journée internationale de la femme, à cet événement important, un événement spécial tout d’abord parce qu’il propose un agenda avec des objectifs ambitieux par rapport à la promotion de la femme et de l’égalité entre les hommes et les femmes.

En même temps, je suis honorée de pouvoir vous parler en tant que femme, en tant que politicienne et, surtout, en tant que première femme Premier ministre de la Roumanie, état qui exerce la présidence du Conseil de l’Union Européenne.

C’est très important pour moi de participer à cette réunion d’autant plus que j’ai été membre du Parlement européen et que j’ai fait partie de la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres.

Je vous remercie pour cette opportunité et je félicite les organisateurs du Conseil européen des femmes pour l’initiative de mettre davantage l’accent sur la participation des femmes à la vie politique, en une année où les citoyens européens décideront au suffrage sur le futur Parlement européen, sur la prochaine législature européenne.

Ce vote peut être, et nous voulons qu’il le soit, un vote pour un projet européen fort et uni, mais aussi un vote pour des politiques européennes plus ambitieuses que dans le passée, y compris du point de vue du genre.

Le débat d’aujourd’hui intervient dans un moment très approprié, quand la démarche de promotion de l’égalité des genres et de la lutte contre toute discrimination a la chance d’être plus visible, d’être suivie plus à fond et d’être reflétée de manière plus efficace dans le cadre de l’action européenne de notre agenda publique.

J’aimerais souligner dès le début mon soutien total pour l’égalité des genres, un principe fondamental qui se trouve à la base de l’Union Européenne et de la culture européenne, un sujet qui peut être appliqué de manière transversale, que je voudrais voir élargi au niveau des politiques de l’Union et auquel notre présidence porte un intérêt tout particulier.

Pour la Roumanie, l’assurance d’opportunités égales pour les femmes et les hommes est une ambition que nous avons commencé de mettre en pratique par une priorisation urgente dans tous les domaines des politiques publiques.

Par nos actions, nous avons comme objectif de maintenir l’égalité des genres comme une priorité constante et de la considérer un point de référence important dans le cadre de notre action de mise en pratique du prochain agenda stratégique de l’Union.

La devise choisie par la présidence roumaine du Conseil de l’UE – « La cohésion – une valeur européenne fondamentale » – est importante y compris du point de vue de l’égalité des genres. Nous ne pouvons pas parler de cohésion, en général, et de cohésion sociale, en particulier, sans lutter ensemble contre la discrimination de genre sur le marché du travail et au niveau des cadres.

Nous ne pouvons pas considérer que les valeurs et les principes soit respectés si nous ne prêtons dûment attention à l’égalité des chances entre les femmes et les hommes.

Nous ne pouvons pas parler de bien-être social pour tous les citoyens de l’Union Européenne sans une promotion des femmes dans tous les domaines de la vie sociale, que nous fassions référence à l’éducation, au marché du travail, à l’entrepreneuriat ou à des fonctions publiques du plus haut niveau.

Nous ne pouvons pas parler de droits et de libertés si nous ne tenons pas compte de victimes des violences domestiques, qu’il fut protégé par des réglementations, des mécanismes et des instruments juridiques, promus à niveau européen.

D’ailleurs, en Roumanie, nous avons fait un pas important cette même semaine en fournissant de l’appui et de la protection aux personnes agressées dans leurs familles, par le financement européen d’un programme qui leur est dédié. Par ce programme, nous allons créer un réseau de logement social où les victimes des violences domestiques seront protégées, recevront de l’assistance psychologique et juridique et seront appuyées par des programmes de formation professionnelle.

L’égalité dans la participation des femmes à la vie politique, l’égalité des chances entre les femmes et les hommes sont indispensables pour le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, pour le fonctionnement de la démocratie et de l’état de droit et, enfin, pour la croissance économique et de la compétitivité.

Sans une participation active des femmes et sans l’inclusion de la perspective de genre dans les politiques européennes, à tous les niveaux de la prise de décision, les objectives de l’égalité et du développement durable ne peuvent pas être atteints.

La Roumanie a compris qu’il faut promouvoir des mesures pour inclure plus activement les femmes dans la vie politique. Dans le gouvernement que je dirige, presque un tiers des postes ministériels sont occupés par des femmes. Je m’efforcerai de dépasser ce nombre de participation des femmes dans le Gouvernement roumain.

Notre préoccupation pour le respect de ce principe à niveau européen se reflète aussi par la désignation d’un commissaire européen femme dans le collège actuel et par la représentation féminine importante dans la délégation roumaine d’eurodéputés.

Dans le Parti social-démocrate roumain, nous avons aussi franchi une étape importante et nous avons introduit le principe de la parité dans les structures dirigeantes du parti.

Nous voulons promouvoir ce principe au niveau de la direction des établissements publiques puisqu’une valorisation élargie des capacités dirigeantes et professionnelles des femmes apportera une qualité supérieure aux activités de ces institutions.

Au niveau européen, dans l’exercice de notre mandat de présidence du Conseil de l’Union Européenne, nous nous sommes engagés à une série d’objectifs majeurs dans ce domaine : la croissance de l’indépendance économique des femmes, pour laquelle nous envisageons des mesures qui visent à contribuer à la lutte contre les écarts salariaux entre les femmes et les hommes, avec un accent tout particulier sur l’initiative de la Commission relative au plan d’action 2017-2019 sur la lutte contre les écarts salariaux entre les femmes et les hommes. La présidence roumaine va préparer le projet de conclusions du Conseil sur les écarts salariaux entre les femmes et les hommes, en particulier en ce qui concerne les politiques et les mesures appropriées que les États membres peuvent appliquer pour réduire les différences. Au niveau national, grâce aux politiques publiques soutenues et mises en œuvre par le gouvernement, la moyenne des salaires horaires pour les femmes est seulement de 5,2% inférieure par rapport aux hommes.

Avec ce pourcentage, la Roumanie se trouve ainsi en première place dans le classement des États membres de l’Union Européenne. Quand même, à continuation, nous poursuivons de nouvelles politiques gouvernementales pour que la Roumanie améliore l’indice d’égalité de genre calculé par l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes.

Une autre dimension de l’action de la présidence roumaine vise à stimuler les mesures destinées à soutenir la participation des femmes au marché du travail et, en particulier, dans les fonctions de prise de décision. Dans ce sens-là, nous nous sommes fixé l’objectif de finir les négociations sur le dossier relatif à l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale des parents et des soignants et je me réjouis de pouvoir dire que nous l’avons atteint. En outre, nous voulons faire avancer le débat sur la proposition de directive relative à l’amélioration de l’équilibre entre les femmes et les hommes dans le cas des administrateurs non exécutifs des compagnies cotées en bourse.

Un autre objectif majeur vise à prévenir et à lutter contre les violences domestiques et à assurer les mesures de protection d’urgence pour assister et soutenir les victimes.

À l’appui de ces objectifs, nous allons organiser entre le 29 et le 30 mai 2019 une conférence à haut niveau sur l’égalité des chances entre les femmes et les hommes. Nous serions ravis si vous pouviez y participer.

Mesdames et messieurs,

Je conclus par dire que ma participation aux travaux du Conseil européen des femmes représente une opportunité pour réaffirmer l’engagement du gouvernement roumain de continuer les politiques et les mesures nécessaires dans le domaine de la promotion du principe de l’égalité des chances et de traitement entre les femmes et les hommes.

Je vous remercie encore une fois pour cette chance et je vous souhaite à tous un très beau printemps. Je vous remercie.

 

Related posts

Conseil « Emploi, politique sociale, santé et consommateurs » — Déclaration du ministre Marius Budăi

Alexandru Stefan

La participation du Ministre délégué aux Affaires européennes, George Ciamba, aux sessions de haut niveau du Conseil des droits de l’homme et de la Conférence du désarmement de Genève

Iulian Anghel

Le Conseil adopte des règles plus strictes pour les produits chimiques les plus dangereux au monde

Alexandru Stefan