9.8 C
Bucharest
26 avril 2019
Actualité Justice

Réunion informelle des ministres de la justice des États membres de l’Union européenne

Du 7 au 8 février 2019, sous la présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, la réunion informelle des ministres de la Justice et des Affaires intérieures (JAI) a eu lieu à Bucarest dans le Palais du Parlement.

Le 8 février 2019, une réunion informelle des ministres de la justice des États membres de l’UE, présidée par le ministre roumain de la justice, Tudorel TOADER, a eu lieu.

MODALITÉS DE DÉVELOPPEMENT DE LA COOPÉRATION JUDICIAIRE EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE

Au cours de la première séance de travail, des discussions sur les moyens de développer la coopération judiciaire en matière civile et commerciale ont eu lieu.

Les débats ont également mis en évidence le fait que 2019 marque le 20-eme anniversaire de l’entrée en vigueur du traité d’Amsterdam et de l’adoption du programme de Tampere. Il est également souhaitable que les principes essentiels applicables à la coopération judiciaire en matière civile et commerciale soient maintenus à l’avenir: placer le citoyen au centre de la politique de l’UE en matière de la justice; faciliter l’accès à la justice; respect des valeurs communes, des droits et libertés fondamentaux et d’état de droit; respect des traditions juridiques et des différents systèmes juridiques des États membres; renforcer la confiance mutuelle dans les systèmes de justice des États membres.

L’objectif principal de cette séance de travail était de lancer une réflexion sur l’avenir de la coopération judiciaire en matière civile et commerciale au-delà des élections au Parlement Européen de mai 2019 et d’achèvement du mandat de l’actuelle Commission Européenne en octobre 2019. Deux façons d’ approcher la problématique ont fait l’objet d’une évaluation du ministres participants: (a) – l’analyse de la réglementation existante, mais qui pourrait être améliorée; (b) – explorer de nouveaux domaines dans lesquels il se peut légiférer au niveau de l’UE.

Les participants ont conclu que, vu de la complexité de la législation existante, dans la période à venir, l’accent devrait porter sur l’amélioration de la mise en œuvre et sur le renforcement de la législation en question. Un certain nombre de suggestions ont été faites pour réglementer de nouveaux domaines, soit à partir de la législation existante, soit à partir de domaines d’actualité concernant, par exemple, la numérisation. Dans ce contexte, le ministre roumain de la Justice, M. Tudorel TOADER, a souligné que « l’avenir des politiques de l’Union Européenne doit avoir le citoyen dans leur cœur ».

L’AVENIR DE LA COOPÉRATION JUDICIAIRE EN MATIÈRE PÉNALE DANS L’ ESPACE JUDICIAIRE COMMUN DE L’UNION EUROPÉENNE

La deuxième séance de travail a été consacrée à l’avenir de la coopération judiciaire en matière pénale dans l’espace judiciaire commun de l’Union Européenne.

L’UE dispose d’un cadre juridique solide et complet dans le domaine de la coopération judiciaire en matière pénale, fondé sur des valeurs communes relatives à l’état de droit et aux droits fondamentaux, les instruments juridiques mettant en œuvre le principe de reconnaissance mutuelle des décisions judiciaires représentant le cœur de ce cadre législatif.

À ce stade, il est toutefois nécessaire de lancer une réflexion sur de nouvelles orientations possibles pour améliorer et rationaliser la coopération judiciaire en matière pénale entre les États membres, sur la base du principe de reconnaissance mutuelle des décisions.

À cet égard, le séance de travail a créé des possibilités de discussion informelles sur les carences des instruments de reconnaissance mutuelle, l’identification des lacunes du cadre juridique actuel, les actions nécessaires au regard de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), la numérisation. Pour atteindre l’objectif susmentionné, les ministres participants ont noté qu’il était nécessaire d’analyser le cadre existant et d’identifier les domaines dans lesquels nouvelle législation serait nécessaire, tels que la transmission des procédures répressives .

D’autre part, dans la période à venir, l’accent devrait être mis sur l’amélioration de l’application des instruments de reconnaissance mutuelle, à la fois en intensifiant la formation des juges et des procureurs et en introduisant de nouvelles technologies dans les procédures de coopération judiciaire en matière pénale. À ce sujet, M. Tudorel TOADER avait dit: « Au cours des 20 dernières années qui se sont écoulées depuis le Conseil européen de Tampere, des instruments juridiques tels que le mandat d’arrêt européen ont représenté un succès évident , tandis que d’autres sont peu utilisés. De nouveaux défis sont également apparus entre-temps. Ensuite, au niveau de l’UE, nous nous concentrerons sur l’amélioration de l’application des instruments existants, par la formation judiciaire et l’introduction de la numérisation dans les procédures de coopération judiciaire. Eurojust et le Réseau judiciaire européen ont un rôle important à jouer pour faciliter la coopération judiciaire en matière pénale. Dans le même temps, de nouvelles mesures législatives peuvent être envisagées, par example dans la matiere de la transmission des procedures répressives pénales. « 

L’ OBTENTION DES PREUVES ÉLECTRONIQUES EN MATIÈRE PÉNALE

Le programme de la réunion informelle a été complétépar un déjeuner de travail sur l’obtention des preuves électroniques en matière pénale.

Les discussions ont porté sur les moyens de garantir la justice pénale dans le cyberespace en obtenant plus efficacement des preuves électroniques, tout en respectant les exigences de l’état de droitet des droits de l’homme.

La présidence a offert aux ministres de la Justice l’occasion d’échanger leurs points de vue sur la nécessité d’un dialogue et de sensibiliser le public à une meilleure compréhension au niveau national (notamment dans le secteur privé et la société civile) des arguments qui justifient les solutions proposées, c’est à dire la protection effective des citoyens et, en même temps, de leurs droits. Les ministres ont convenu que les solutions proposées visent à garantir que les autorités compétentes obtiennent des preuves électroniques dans un contexte transfrontalier. La plupart des ministres ont accueilli favorablement les propositions législatives sur les preuves électroniques.

Les preuves électroniques doivent être complétés à l’avenir par d’autres instruments internationaux, car les problèmes rencontrés dans la pratique pour obtenir des preuves électroniques ne peuvent être résolus seulement au niveau de l’Union Européenne. La Commission Européenne a présenté les principaux éléments des deux recommandations concernant les mandats de négociation d’un accord UE-États-Unis et la participation aux négociations du deuxième Protocole Additionnel à la Convention de Budapest sur la cybercriminalité, publiées par la Commission le 5 février 2019. Le ministre roumain de la Justice a salué ces évolutions et a annoncé que la Présidence proposera un calendrier pour la négociation des deux mandats, tout en donnant aux États membres la possibilité de débattre ces documents.

Related posts

Réunion informelle des directeurs généraux des affaires européennes

Iulian Anghel

Conseil des affaires étrangères – principaux résultats

Alexandru Stefan

Conseil « Environnement », principaux résultats

Alexandru Stefan