24.1 C
Bucharest
19 mai 2019
Actualité Affaires internes

Conseil de la justice et des affaires intérieures / session d’affaires intérieures

Jeudi, le 7 février 2019, au Palais du Parlement a eu lieu la session d’affaires intérieures de la réunion informelle du Conseil de la justice et des affaires intérieures dans le cadre de la présidence du Conseil de l’Union Européenne de la Roumanie.

Les ministres des affaires intérieures des États membres de l’UE ont discuté des initiatives visant la lutte contre le terrorisme, renforcer la coopération policière, assurer la pleine fonctionnalité de l’espace Schengen, les mesures concernant la migration et l’asile.

MIGRATION-« UN PAS DE PLUS POUR IDENTIFIER LA SOLUTION APPROPRIÉE »

 «Face aux multiples problèmes que soulève la migration illégale, il faut une solution unique pour répondre à toutes les préoccupations qui ont été signalées dans les pays de l’UE. Nous n’avons pas besoin maintenant de solutions antagonistes pour alimenter le populisme, l’extrémisme et perturber la cohésion politique au sein de l’UE. Mais nous devons certainement être constructifs pour trouver une base commune fondée sur le consensus. La migration devrait représenter un vecteur de développement pour chaque État membre et pas un fardeau», a déclaré la ministre roumaine de l’intérieur, Carmen Dan.

En partant de la proposition de la Commission d’élaborer des « arrangements temporaires » limités par le temps, qui pourraient servir de pont jusqu’à la mise en œuvre du règlement de Dublin, les ministres des affaires intérieures ont eu, à Bucarest, des discussions ouvertes et constructives. La présidence roumaine poursuivra ses efforts pour identifier des solutions consensuelles dans le domaine de la migration. Dans le cadre des efforts visant à réduire les flux migratoires illégaux vers l’UE, la dimension extérieure de la migration et la coopération avec les pays tiers sont une priorité.

Lorsqu’il a été adopté en mai 2015, l’Agenda européen en matière de migration a proposé de lutter contre la crise migratoire en présentant des solutions concernant  tous les aspects du phénomène migratoire, avec le but d’obtenir les résultats des effets connectés de ceux-ci, un élément-clé étant le paquet pour le Système Européen Commun d’Asile, dans lequel une place centrale est ocupée par la modification du règlement de Dublin. Même si, des nombreuses réalisations ont été réalisées à tous les niveaux, les efforts doivent être poursuivis pour créer un instrument résilient aux prochaines crises.

À FAIRE SCHENGEN FONCTIONNER

Les discussions au cours du déjeuner de travail ont été consacrées à l’une des réalisations les plus importantes de l’intégration européene-l’espace Schengen, reconnu comme l’un des instruments clés par lesquels les citoyens européens peuvent exercer leurs libertés, et le marché interne peut prospérer et se développer.

« En ce qui concerne l’espace Schengen, des discussions ont été concentrées sur les mesures à court et à moyen terme que les États membres considèrent nécessaires pour rétablir le bon fonctionnement de cette zone, qui est affectée par les crises du terrorisme et migration à travers laquelle l’Union a été ces derniers temps. Outre les représentants de la Commission européenne et du Parlement européen qui ont soutenu systématiquement l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’espace Schengen, ils ont existé des ministres des États membres qui ont déclaré que la discussion sur l’avenir de l’espace Schengen doit nécessairement inclure la situation de la Roumanie et de la Bulgarie», a souligné le ministre Carmen Dan.

Au cours de la dernière décennie, les conflits des différentes régions du monde ou dans le voisinage de l’UE ont entraîné de grands défis pour la sécurité intérieure de l’UE et la gestion des frontières extérieures de l’UE, en interrogent le bon fonctionnement de l’espace Schengen de la libre circulation et ses avantages pour les citoyens européens et pour l’économie européenne.

En outre, l’augmentation des menaces terroristes des dernières années, dans plusieurs États Membres a montré qu’il est nécessaire de renforcer la sécurité intérieure de l’UE, y compris par des nouvelles mesures pour assurer une plus grande coordination des efforts déployés pour renforcer l’espace Schengen.

 Ainsi, afin d’augmenter la sécurité intérieure et de contrecarrer les effets négatifs des mouvements incontrôlés à travers l’UE, la Commission Européenne a continuellement lancé des propositions visant à améliorer les mesures aux frontières extérieures et dans le territoire, d’introduire des technologies modernes pour l’utilisation des autorités nationales et des organismes d’application de la loi et de développer des nouveaux systèmes ou ceux qui existent déjà.

 L’ACTIVITÉ POLICIÈRE DANS UN MONDE CONNECTÉ

 Concernant la coopération policière, les ministres de l’intérieur ont discuté des opportunités qui peut offir le partage des connaissances dans la gestion des données numériques entre les autorités les autorités de renforcement de la loi pour suivre le rythme de la dynamique environnementale criminel dans l’ère numérique.

Sur la base des expériences du Réseau européen de recherche sur les technologies dans les structures de renforcement de la loi (ENLETS), Europol pourrait être en mesure de développer et appliquer une plate-forme IT commune de procédure et de collaboration pour l’échange des connaissances concernant la gestion des données numériques. Cela permettrait de maximiser l’utilisation des ressources disponibles, d’éviter le chevauchement des efforts déployés par les États Membres et les agences européennes, tout en bénéficiant de connaissances et des expériences collectives concernant l’amélioration de la réponse des autorités de renforcement de la loi à la cybercriminalité ou facilitée par le cyber-environnement.

Développer un environnement intégré de ce type pour l’échange de connaissances concernant les données numériques pour les autorités de renforcement de la loi, il faut allouer des ressources suffisantes, comme l’a demandé le Conseil Européen en octobre 2018.

UNIFIÉS CONTRE LE TERRORISME

En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, un échange de vues constructif a eu lieu lors de la réunion ministérielle de Bucarest sur les recommandations formulées dans le rapport du Commission Terrorisme du Parlement Européen, ont été discutés les plus appropriées moyens de remédier cette menace pour la sécurité des citoyens européens. La présidence roumaine s’est assumé comme priorité trouver des solutions pour augmenter la coopération et l’échange des meilleures pratiques entre les États Membres en matière de prévention et de lutte contre le terrorisme.

Related posts

Discours du Premier ministre Viorica Dăncilă lors de la cérémonie officielle de lancement de la Présidence de la Roumanie du Conseil de l’Union européenne

Alexandru Stefan

Conférence sur la recherche et l’innovation dans le domaine des capacités de défense au Palais du Parlement

Alexandru Stefan

Le Ministre du Travail a participé à la Conférence sur la promotion et le renforcement du dialogue social dans l’UE

Iulian Anghel