18.9 C
Bucharest
15 octobre 2019
Actualité Démarches politiques générales Galerie de photos

La présentation, au sein du Comité européen des régions, des priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, par la Première-ministre Viorica Dăncilă

Pendant sa visite de travail à Bruxelles, la Première-ministre de la Roumanie, Mme Viorica Dăncilă, a participé aujourd’hui, le 6 février 2019, à la session plénière du Comité européen des régions, afin de présenter les priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne.

La première-ministre Viorica Dăncilă a souligné le rôle important du Comité européen des régions en tant que pont qui relie les autorités locales et régionales aux institutions européennes et elle a montré que le CdR sera un partenaire important durant le mandat de la Roumanie.

Par la suite, la Première-ministre Viorica Dăncilă a présenté les quatre axes prioritaires de la Présidence roumaine qui s’articulent autour du concept de cohésion en tant que valeur européenne commune : une Europe de la convergence, une Europe plus sûre, une Europe acteur mondial de premier plan et une Europe des valeurs communes.

Pendant son intervention, la cheffe de l’Exécutif a évoqué les dossiers complexes que la Roumanie doit gérer dans le cadre de l’exercice de son mandat : la négociation du prochain Cadre financier pluriannuel, le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, ainsi que la migration, la sécurité et la réflexion sur l’avenir de l’Union.

Non pas en dernier lieu, la Première-ministre Viorica Dăncilă a montré que, pour la Roumanie, un autre objectif important est de promouvoir un cadre consolidé de coopération macro-régionale, y compris par le biais de la Stratégie de l’UE pour la région du Danube, et elle a remercié les membres du Comité pour leur ouverture à ce sujet.

Discours de la Première-ministre de la Roumanie, Viorica Dăncilă, lors de la session plénière du Comité européen des régions – la présentation des priorités de la Présidence de la Roumanie du Conseil de l’UE

Monsieur le Président du Comité européen des régions,
Mesdames et Messieurs les membres du Comité européen des régions,
Mesdames et Messieurs,

Je tiens à vous remercier, Monsieur le Président Lambertz, ainsi qu’aux membres du Comité européen des régions, de m’avoir invitée à présenter les priorités de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE lors de la session plénière du Comité européen des régions, organisme qui représente un véritable pont reliant les autorités locales et régionales aux institutions européennes.

L’agenda et les évolutions au niveau européen sont confrontés à des multiples défis, auxquels nous devons répondre au nom de la cohésion, de l’unité et de la solidarité. C’est la raison pour laquelle la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne est placée sous le slogan « la cohésion, une valeur commune européenne », montrant l’importance du retour vers les fondements de la construction communautaire, déclinant la cohésion dans toutes ses dimensions : cohésion politique, cohésion économique et territoriale, cohésion sociale.

Le concept de cohésion est transposé dans nos priorités, regroupées sur quatre piliers d’action : une Europe de la convergence, une Europe plus sûre, une Europe acteur mondial de premier plan et une Europe des valeurs communes.

Mesdames et Messieurs,

Nous traversons tous une période où nous devons faire des efforts ensemble pour rappeler à l’attention des citoyens européens les avantages du projet européen dans leur vie quotidienne.

Nous sommes confrontés à un contexte européen marqué par le processus de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, par les négociations du Cadre financier pluriannuel ou par d’autres dossiers majeurs, tels que la migration et la sécurité, la réflexion sur l’avenir de l’Union.

Nous devons démontrer ensemble, maintenant, que l’Union a toujours la capacité d’avancer dans le renforcement des politiques européennes, d’obtenir des résultats tangibles pour les citoyens. Dans ce sens, le premier pilier du Programme de la Présidence roumaine est dédié à « une Europe de la convergence ».

De cette perspective, nous examinons de près les négociations portant sur le prochain Cadre financier. Le prochain budget pluriannuel devra fournir les ressources nécessaires pour l’atteinte des objectifs, équilibrant les politiques de croissance et de convergence, telles que la Politique de cohésion et la Politique agricole commune, ainsi que les politiques conçues pour faire face aux nouveaux défis tels que la migration, la sécurité ou la défense.

L’avenir de la politique de cohésion est également une priorité de notre agenda. Sans cette politique, les disparités régionales et locales auraient été beaucoup plus importantes.

La Politique de cohésion a créé des partenariats et des passerelles entre les institutions et les régions et les villes de l’Europe. L’Union européenne a toujours besoin d’une politique de cohésion solide comme principale stratégie d’investissement.

La politique de cohésion a évolué et a su répondre à de nouveaux défis. Cependant, cette politique requiert de vraies mesures pour qu’elle devienne plus simple et efficace.

Nous poursuivrons les négociations sur la politique de cohésion dans un rythme dynamique en vue de l’adoption, en temps utile, du paquet législatif correspondant. Le lancement des prochains programmes opérationnels permettra de faire refléter les avantages de cette politique dans la vie quotidienne des citoyens, des villes et des régions d’Europe.

Permettez-moi de remercier le Président du Comité européen des régions pour le signal fort qu’il a envoyé dès le début des débats sur le prochain Cadre financier, concernant le maintien du niveau des fonds de cohésion et la nécessité de poursuivre cette politique, en tant que politique qui s’adresse à toutes les régions et à toutes les villes.

La promotion d’un cadre renforcé de coopération macro-régionale – y compris par la Stratégie de l’UE pour la Région du Danube (SUERD) – représente un autre objectif important pour nous. Nous apprécions particulièrement votre disponibilité pour l’élaboration d’un avis sur le rôle des stratégies macro-régionales.

La Roumanie participe également à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Nous avons une nouvelle Stratégie nationale de développement durable. Nous travaillerons à l’élaboration des lignes directrices d’une nouvelle stratégie de l’UE pour le développement durable.

Renforcer la cohésion sociale signifie assurer la convergence économique au niveau européen. Nous avons donc besoin d’un marché unique pleinement opérationnel, d’une libre concurrence et de règles transparentes et équitables en matière de mobilité active, dans toutes ses dimensions.

L’une des priorités de la Présidence roumaine est également liée au renforcement de la mobilité des travailleurs. Dans ce contexte, nous avons l’intention de poursuivre les négociations sur des dossiers tels que la révision des règlements sur la coordination de la sécurité sociale et la création de l’Autorité européenne du travail. Garantir l’égalité des chances et l’égalité des genres est un objectif que la Roumanie souhaite promouvoir au niveau européen.

Un objectif a déjà été atteint : la conclusion d’un accord politique provisoire avec le Parlement européen sur la proposition de directive visant l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants.

Nous sommes préoccupés par la consolidation de la croissance économique, de la résilience de l’économie européenne et par la stimulation des investissements, à la fois au niveau micro et macro-économique. À cet égard, la Présidence roumaine cherchera à faire avancer les discussions sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire de manière constructive, pour soutenir le renforcement de sa cohésion, de sa convergence et de sa résilience face aux défis financiers et économiques.

Mesdames et Messieurs,

La Présidence de la Roumanie a défini le deuxième pilier de son action comme étant « une Europe plus sûre ».

La question de la migration est un sujet qui nous préoccupe tous. Nous visons à poursuivre nos efforts sur toutes les dimensions de sa gestion.

Dans un monde de la numérisation, protéger la sécurité des citoyens dans l’espace virtuel devient un objectif important. Les politiques publiques et tout projet de média numérique doivent prendre en compte la sécurité cybernétique.

Notre vision fait également référence à « une Europe acteur mondial de premier plan », mettant l’accent sur les engagements communs assumés par la Stratégie mondiale de politique étrangère et de sécurité de l’UE.

Nous allons promouvoir le renforcement des capacités européennes de défense et de sécurité, en étroite complémentarité avec les processus similaires de l’OTAN.

Assurer une cohérence accrue de l’action européenne dans le voisinage oriental sera une priorité, vu que cette année marque le dixième anniversaire du lancement du Partenariat oriental. En même temps, nous soutenons l’avancement de la politique d’élargissement et, à cet égard, une attention particulière sera attachée aux Balkans occidentaux.

Non pas en dernier lieu, je voudrais faire quelques références au quatrième pilier de nos priorités – « une Europe des valeurs communes ». Dans la perspective des élections européennes, nous devons proposer une réponse appropriée à la tentation du discours eurosceptique et populiste, promouvant une Union plus démocratique et plus proche de ses citoyens.

Nous pensons également que l’éducation et la culture sont la clé de l’avenir de l’Europe, tant du point de vue individuel du citoyen européen, que par le renforcement du projet européen. Les autorités et les communautés locales et régionales peuvent jouer un rôle important en la matière.

Mesdames et Messieurs,

Je pense que l’ensemble des acteurs européens peuvent contribuer à notre succès commun visant la promotion d’une Europe plus cohésive, plus unie et plus sûre. Vous, au sein du Comité européen des régions, vous tous, vous avez un rôle important à jouer pour relier les politiques européennes et les communautés locales et régionales, l’Union à ses citoyens.

Je suis convaincue que le 8ième Sommet européen des régions et des villes, qui se tiendra à Bucarest en mars, apportera une contribution importante à la transmission d’un signal de confiance dans l’avenir de l’Union, d’unité européenne et d’engagement pour une Union plus forte au cours de la prochaine décennie.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, nous vous attendons à Bucarest en mars ! Je vous remercie !

Related posts

Les entretiens du Ministre délégué aux affaires européennes, George Ciamba, avec les hauts représentants des institutions européennes

Alexandru Stefan

La réunion bilatérale entre le ministre Ștefan-Radu Oprea et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères

Iulian Anghel

Le Ministre de la Défense nationale, à l’occasion des 15 ans depuis la création de l’Agence européenne de défense

Alexandru Stefan