19 C
Bucharest
20 mai 2019
Actualité Démarches politiques générales Galerie de photos

Discours de Viorica Dăncilă, Premier ministre de la Roumanie, à la réunion plénière du Comité économique et social européen

Monsieur le Président du Comité économique et social européen,
Chers membres du Comité économique et social européen,
Mesdames et Messieurs,

C’est un particulier plaisir et un honneur pour moi d’être devant vous en tant que Premier ministre de la Roumanie à un moment où notre pays assume une responsabilité particulièrement importante au niveau européen.

Je voudrais remercier le président et les membres du Comité économique et social européen de m’avoir invité à assister à cette session afin de présenter les priorités de la Présidence roumaine au Conseil de l’Union européenne et de procéder à un échange de vues sur notre programme de travail.
Je voudrais souligner l’importance que la Présidence roumaine, ainsi que le Gouvernement que je dirige attache au dialogue avec le Comité économique et social européen en tant que partenaire institutionnel qui donne la parole aux opinions et aux attentes des citoyens.

Je sais à quel point il est important que chacun de vous réfléchisse aux préoccupations des différents groupes de citoyens – employeurs, travailleurs, société civile – des représentants au niveau européen. J’apprécie beaucoup le rôle joué par le Comité économique et social européen en tant qu’intermédiaire entre les décideurs et les citoyens.

C’est pourquoi je souhaite développer une coopération étroite pour que les solutions et les décisions à prendre lors de la Présidence roumaine au Conseil de l’Union européenne soient aussi proches que possible des citoyens et des réalités de nos sociétés. Je l’ai déjà dit et je tiens à le répéter: il s’agit d’une priorité de notre présidence au Conseil de l’UE.

Mesdames et Messieurs,
Nous nous sommes engagés sur cette voie de la Présidence du Conseil de l’UE, guidés par une ferme conviction pro-européenne qui nous guide dans la promotion de l’agenda européen.
En outre, les citoyens roumains font partie des citoyens faisant la plus grande confiance aux institutions européennes et, encore aujourd’hui, leurs aspirations et leur soutien à l’Union européenne sont restés solides et positifs, ce que confirment les sondages.

La Roumanie exerce la Présidence du Conseil de l’UE à un moment crucial pour nous tous, où nous devons démontrer ensemble que nous sommes réellement en mesure d’obtenir des résultats qui apportent de réels avantages aux citoyens européens.

C’est pourquoi nous devons écouter la voix des citoyens sur la direction que l’Union devrait suivre. Le processus de consultation des citoyens, mené au niveau des États membres de l’Union européenne et auquel la Roumanie a activement participé, ainsi que les initiatives du Comité économique et social européen concernant la récente consultation des citoyens ne sont que quelques exemples de notre ouverture à l’égard des citoyens. ce qui nous a permis de mieux comprendre leurs attentes. Je pense que ce n’est que grâce à ces informations et à cette implication que nous parviendrons à garder les citoyens proches de la décision européenne et du processus de définition des priorités pour le futur agenda stratégique de l’UE, sujet à débattre lors du Sommet que la Roumanie accueillera à Sibiu. sur l’avenir de l’Europe, un jour symbolique – le 9 mai.

Une Union européenne forte et cohésive est la réponse avec laquelle la Présidence roumaine au Conseil de l’UE s’adresse aux citoyens européens, en promouvant le slogan « La cohésion, une valeur européenne commune », déclinant dans toutes ses dimensions:
– la cohésion politique, illustrée par le besoin d’unité entre les États membres, les institutions européennes et les citoyens;
– la cohésion économique et territoriale, en vue de réduire les écarts de développement entre les États membres et entre les régions;
– la cohésion sociale, importante pour la préservation des quatre libertés du Marché intérieur de l’Union européenne;

Cette acception de la notion de cohésion est transposée de manière transversale au sein de nos priorités thématiques, regroupées autour de quatre grands piliers d’action: l`Europe de la convergence, l`Europe de la sécurité, l`Europe acteur global, l`Europe des valeurs communes.
Soutenir une Europe de la convergence est le premier pilier de la Présidence roumaine au Conseil de l’UE. Cet objectif peut être atteint par la croissance économique et le développement social, la cohésion, la compétitivité, la connectivité et la durabilité.

Le succès de l’Union européenne dépendra avant tout de la manière dont nous pourrons mieux hiérarchiser les politiques afin d’accélérer la convergence économique, sociale et territoriale. Et la convergence est la condition essentielle pour assurer un développement durable et l’égalité des chances pour les citoyens de l’UE.

La politique de cohésion et la Politique agricole commune doivent rester les principales politiques d’investissement de l’Union, ce qui doit également se traduire par un niveau approprié des allocations à ces politiques.

Nous apprécions l’implication du Comité économique et social européen dans les discussions sur l’avenir de la politique de cohésion, notamment à travers l’avis exploratoire sur ce sujet que vous allez rendre dans la période à venir, à la demande de la Présidence roumaine au Conseil de l’UE. Nous sommes également disposés à poursuivre les efforts pour renforcer le Marché intérieur de l’UE et de ses quatre libertés fondamentales. Nous viserons à promouvoir des mesures visant à accroître la compétitivité et à promouvoir la connectivité et la numérisation, à stimuler l’esprit d’entreprise et à renforcer la politique industrielle.
La Roumanie participe également à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. De plus, nous avons une nouvelle Stratégie nationale de développement durable.

Au cours de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE, nous serons plus actifs pour pouvoir préparer les orientations d`une nouvelle stratégie de l’UE pour le développement durable et apprécierions la contribution du Comité économique et social européen.

Le domaine social est l’un des domaines prioritaires de la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, qui découle de la volonté de rapprocher le projet européen des citoyens.
Nous travaillerons au renforcement de la mobilité des travailleurs en tant que reflet de la liberté de circulation fondamentale et en tant que soutien du Marché unique. Nous savons que ce comité est un partenaire solide dans la promotion de ces principes et lignes d’action.

Dans ce contexte, notre objectif est de réaliser des progrès substantiels dans des dossiers tels que la révision de la réglementation sur la coordination de la sécurité sociale et la création de l’Autorité européenne du travail. En outre, la Présidence roumaine du Conseil cherchera à faire avancer les discussions sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire. Nous nous félicitons de l’avis du Comité économique et social européen sur ce sujet et nous sommes tout à fait d’accord. Afin que les citoyens européens continuent de ressentir la certitude de paix et de sécurité dans nos États, nous avons choisi de concentrer notre attention sur le deuxième pilier, l’Europe de la sécurité.

L’objectif est de renforcer la cohésion et la coopération entre les États membres face aux nouveaux défis de sécurité qui menacent la sécurité des citoyens et de soutenir les initiatives de coopération en la matière. C’est un objectif que le Comité économique et social européen promeut constamment.
Nous voulons également progresser dans la promotion de la cybersécurité.
Nous visons à assurer une gestion cohérente et uniforme des flux migratoires, en renforçant les frontières extérieures de l’Union, les interventions d’urgence, la lutte contre le terrorisme et la protection de la sécurité des citoyens dans l’espace virtuel. Nous envisageons la mise en œuvre et même l’extension du mandat du Parquet européen.

Une gestion efficace de la migration restera l’une des principales préoccupations des citoyens européens. Il est donc nécessaire de contribuer à la formulation de solutions fondées sur une approche globale, tant dans le cadre de l’action interne de l’Union, que dans la promotion de la coopération avec les États d’origine et de transit. La lutte contre les causes à la source doit rester une préoccupation majeure de l’Union, parallèlement à la lutte contre la traite des êtres humains. Nous avons choisi de concentrer nos actions du troisième pilier sur le renforcement du rôle global de l’UE en assurant une plus grande cohésion autour des engagements communs pris par la politique étrangère et de sécurité globale de l’UE.

Dans le domaine de la politique de sécurité, nous encouragerons le renforcement des capacités de défense et de sécurité de l’UE, en étroite complémentarité avec les processus similaires au sein de l’OTAN.
Nous pensons que l’attention externe de l’Union doit être focalisée principalement sur son voisinage. C’est pourquoi faire progresser la politique d’élargissement de l’UE et veiller à ce que ses politiques de voisinage soient consitates  constitue une priorité majeure pour notre Présidence au Conseil de l’UE.
Le dixième anniversaire, cette année, du lancement du Partenariat oriental constituera un moment important à cet égard. Nous soutiendrons également la mise en œuvre des engagements de l’UE au niveau international.

La promotion des intérêts commerciaux, la modernisation du système commercial multilatéral et l’élargissement des accords de libre-échange et de partenariat commercial seront des étapes clés de notre présidence.

Nous savons également que vous partagez ces lignes d’action sur la politique étrangère de l’Union européenne. C’est pourquoi, en définissant le quatrième pilier des priorités – l’Europe des valeurs communes – nous avons cherché à refléter notre engagement à renforcer la cohésion politique européenne en promouvant les principes et les valeurs qui nous unissent. Ainsi, nous pouvons combattre efficacement nombre des problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées aujourd’hui, tels que le racisme, l’intolérance, la xénophobie, le populisme, l’antisémitisme ou les discours fond2s sur la haine.
Dans la perspective des élections européennes en particulier, nous devons répondre par des résultats concrets à la tentation populiste ou eurosceptique qui sape le tissu fondamental de notre société européenne.

Nous visons à soutenir l’objectif d’une Union plus démocratique. C’est pourquoi, nous soutiendrons les initiatives de progrès et de réduire les inégalités sociales, à garantir l’égalité des chances et de traitement entre les hommes et les femmes, ainsi que l’accès à l’éducation et à la formation des catégories défavorisées.

Dans ce contexte, nous apprécions les efforts déployés par le Comité économique et social européen pour élaborer, à la demande de notre Présidence, un avis exploratoire sur l’avenir de l’Union européenne, axé sur les avantages que l’Union offre aux citoyens grâce à la cohésion et à des valeurs européennes, y compris  la dignité humaine et l`égalité des citoyenbs. Nous sommes intéressés par les conclusions et les propositions que vous allez présenter dans cette étude, étant convaincus qu’elles apporteront une contribution précieuse aux discussions en cours sur l’avenir de l’Europe. Nous pensons également que l’éducation et la culture sont la clé d’un avenir meilleur pour l’Europe. Nous sommes heureux que ce comité ait également entrepris, à la demande de la Présidence roumaine du Conseil, l`effort de préparer un avis exploratoire sur un sujet aussi important pour les citoyens et leur rapprochement de l’Union européenne, tel que l’éducation concernant le projet européen. Il est clairement nécessaire de déployer de nouveaux efforts pour assurer une communication adéquate, en attirant davantage les jeunes dans la construction d’une Europe forte, basée sur des valeurs européennes communes.

Mesdames et Messieurs,
Dans le contexte de l`agenda européen très complexe, la Présidence roumaine attachera une attention particulière aux dossiers qui influencent considérablement le fonctionnement et l’avenir de l’Union. Ensuite, je voudrais en mentionner quelques-unes, qui intéressent tout particulièrement le Comité économique et social européen.

Le retrait de la Grande-Bretagne de l’UE est un processus sans précédent qui marquera notre avenir. Les derniers développements nous inquiètent et nous sommes conscients que ce dossier restera au centre de l’agenda européen pendant notre mandat.

Un autre dossier clé de la Présidence roumaine au Conseil de l’UE est certainement le Cadre financier pluriannuel. Cela signifie plus qu’un simple accord sur les chiffres, il s’agit en fait d’une quantification de la manière dont l’Union européenne deviendra au cours de la prochaine décennie.
Le futur budget pluriannuel devra doter l’Union des ressources nécessaires pour atteindre les objectifs des sept prochaines années, en ménageant un équilibre entre les politiques de croissance et de convergence, telles que la Politique de cohésion et la Politique agricole commune, et la réponse aux nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés au niveau européen, comme la migration, la sécurité ou la défense.
Nous sommes conscients que les négociations sur le budget pluriannuel de l’Union n’ont jamais été faciles. Cependant, nous sommes disposés à accomplir des progrès significatifs au cours de la Présidence roumaine du Conseil afin de faciliter la conclusion d’un accord à l’automne 2019, conformément à ce qui a été convenu lors du Conseil européen de décembre dernier.

Un autre objectif du mandat de la Roumanie, en liaison étroite avec l’objectif de la Politique de cohésion, est de promouvoir un important cadre de coopération macro régionale – la Stratégie de l’Union européenne pour la Région du Danube. Nous savons que cette initiative présente un intérêt particulier pour le Comité économique et social européen. Nous apprécions les démarches entreprises dans ce forum pour assurer la synergie entre les programmes financés par l’UE et la mise en œuvre des stratégies macro régionales.
Nous apprécions également les efforts en cours pour que le Comité économique et social européen, à la demande de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE, élabore un avis sur la promotion de la convergence économique et de la compétitivité par le biais de clusters transnationaux dans le cadre de stratégies macro régionales.

Dans ce contexte, nous soutenons la promotion des recommandations du Comité économique et social européen à l’occasion de la prochaine réunion des ministres de l’économie des États participant à la Stratégie de l’Union européenne pour la Région du Danube du 27 juin 2019. Nous souhaitons également que le Comité économique et social européen soit représenté au forum annuel de la Stratégie européenne pour la Région du Danube (SUERD) qui se tiendra à Bucarest les 27 et 28 juin 2019.

Mesdames et Messieurs,
Le succès d’une présidence dépend à la fois du niveau d’engagement de tous les acteurs européens. Comme je l’ai dit, le Comité économique et social européen a un rôle important de lien entre le processus décisionnel européen et la société civile. Grâce à ce lien direct avec les citoyens, vous pouvez apporter une contribution importante à la préparation et à la formulation des politiques au sein de l’Union.
Nous voulons travailler en étroite collaboration avec vous et nous sommes convaincus que, grâce à un effort commun, nous pourrons avancer dans la bonne direction, celle de l’unité, de la cohésion, de la solidarité et de l’équité.
Je vous remercie !

Related posts

Visite du Collège des commissaires à Bucarest – photo de famille

Alexandru Stefan

Réunion informelle des ministres des transports: arrivée des délégations et déclarations introductives

Alexandru Stefan

PHOTO Troisième réunion ministérielle du Partenariat de l’Est sur l’économie numérique

Alexandru Stefan