29.2 C
Bucharest
12 juillet 2020
Actualité Affaires étrangères

L’Union européenne se propose de développer un partenariat stratégique avec l’Asie de Sud-Est

Le ministre des Affaires étrangères Teodor Meleșcanu a dirigé la délégation de la Roumanie lors de la 22ème réunion ministérielle de l’Union européenne – l’Association de l’Asie du Sud-Est (UE-ASEAN), organisée à Bruxelles le 21 janvier 2019. La réunion ministérielle a eu comme thème principal la relation UE-ASEAN et l’avancement des relations envers la conclusion d’un partenariat stratégique bi-régional.Dans son intervention, le chef de la délégation roumaine a abordé la perspective d’établir un partenariat stratégique entre l’Union européenne et l’ASEAN, qui va refléter la pertinence des deux organisations dans l’architecture régionale et globale.

Sous la devise de la Présidence du Conseil de l’UE assurée par la Roumanie, la cohésion, une valeur européenne commune, le ministre roumain des Affaires étrangères a souligné ses valences pour les relations entre l’UE et l’ASEAN.« L’UE et l’ASEAN partagent les mêmes valeurs fondamentales et se confrontent à des défis similaires. Il est nécessaire d’avoir une approche commune des problèmes globaux tels que le changement climatique, la cybersécurité et la lutte contre l’extrémisme. Tout cela basé sur l’appui d’une série d’objectifs communs : la promotion du multilatéralisme, l’intégration régionale, le commerce ouvert et équitable, l’ordre international fondé sur des règles et une solution pacifique des différends », a déclaré le ministre Meleșcanu.

Dans ce contexte, il a mis en évidence les défis en matière de sécurité dans le voisinage européen et la préoccupation commune en en ce qui concerne la sécurité cybernétique, faisant appel à une approche commune de l’UE-l’ASEAN. Il a fait référence aussi aux opportunités de coopération bi-régionale dans le domaine de la connectivité, y compris en ce qui concerne la dimension interhumaine de la connectivité où l’éducation joue un rôle essentiel.Les conclusions de la réunion ministérielle ont visé l’approfondissement des relations UE – ASEAN en 2019.

Le Conseil de l’UE a réitéré son soutien pour l’intégration régionale de l’ASEAN et a souligné l’importance de la promotion des liens plus étroits concernant le commerce et les investissements avec l’ASEAN, rappelant son engagement de consolider la coopération dans le domaine de la sécurité.En marge de la réunion, le chef de la diplomatie roumaine a eu un entretien bilatéral avec le ministre des Affaires étrangères de la Malaisie, Dato’ Saifuddin Abdullah.

À cette occasion, le ministre Teodor Meleșcanu a réitéré l’intérêt de la Roumanie pour le développement du dialogue politique et de la coopération économique bilatérale. Il a souligné la priorité accordée par la Roumanie aux aspects concernant la commutation de la peine des deux ressortissants roumains condamnés définitivement à la peine de mort en Malaisie et l’assurance d’un traitement équitable pour le troisième détenu, dont le procès est en cours. Le ministre Teodor Meleșcanu a exprimé aussi sa satisfaction pour l’excellente coopération entre les deux pays dans le cadre des organisations internationales.

Informations supplémentaires :

L’ASEAN a été mise en place à Bangkok, le 8 août 1967, par les Philippines, l’Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie et le Singapour. Ils ont été rejoints par Brunei en 1984, le Viêt Nam en 1995, le Laos et le Myanmar en 1997 et le Cambodge en 1999. Le travail actuel est géré par le Secrétariat de l’ASEAN, basé à Jakarta, dirigé par le Secrétaire général, Lim Jok Hoi, ayant le rang de ministre. Les principaux objectifs de l’organisation sont l’accélération de la croissance économique, du progrès social et du développement culturel dans la région, ainsi que la promotion de la paix et de la stabilité régionales.

Related posts

La réunion informelle des ministres de l’énergie

Iulian Anghel

Finance durable: la présidence et le Parlement parviennent à un accord politique sur des règles de transparence

Iulian Anghel

La présidence et le Parlement parviennent à un accord politique sur les indices de référence « bas-carbone »

Iulian Anghel