14.3 C
Bucharest
14 octobre 2019
Actualité Affaires étrangères Préparations de la Présidence

La Roumanie est prête à entrer dans la zone Euro et l’espace Schengen. Bucarest va privilégier la cohésion lors de sa Présidence de l’UE

Gerardo Pelosi, Il Sole 24 Ore

ROME, le 8 janvier 2019

La Présidence roumaine du Conseil de l’UE, débutée le 1 janvier 2019, aura inévitablement un impact sur la campagne électorale pour les élections européennes qui auront lieu en mai. Cependant, le Gouvernement de Bucarest, qui reste en dehors de la zone Euro et de l’espace Schengen, souhaite transformer cet exercice dans un tournant décisif dans la politique interne, simultanément avec la célébration du Centenaire de la Grande Union.

C’est au moins le souhait du Gouvernement de Bucarest et de son nouveau ministre délégué aux affaires européennes George Ciamba, la veille de la réunion qui aura lieu jeudi prochain dans la capitale roumaine avec le Collège des commissaires européens. La devise de la Présidence est « La cohésion, une valeur européenne commune ». En ce qui concerne la migration, comme l’a expliqué le ministre Ciamba dans cette entrevue accordée pour Il Sole 24 Ore, la Présidence roumaine se concentrera sur la nécessité d’une responsabilité partagée. En ce qui concerne l’entrée dans la zone Euro, le ministre Ciamba exprime sa confiance dans une décision rapide, telle que celle dans le cas d’entrée dans l’espace Schengen.

Garardo Pelosi : Monsieur le ministre Ciamba, le début de la Présidence roumaine a été précédé par une polémique interne entre le président Iohannis et le premier ministre Dăncilă au sujet de la capacité réelle du pays de diriger l’UE. Est-ce que la Roumanie peut-elle se déclarer prête maintenant pour le nouveau défi ?

George Ciamba : Le processus de préparation de la Présidence roumaine du Conseil de l’UE a débuté en temps utile et s’est développé de manière soutenue et adéquate en mesure d’assurer une prise en charge optimale du mandat le 1 janvier. C’était un processus de préparation laborieux et minutieux. Cependant, par l’effort soutenu de toute l’administration publique roumaine, nous avons réussi à transformer cet exercice dans un projet national dans lequel nous sommes complètement engagés. J’ai confiance en la capacité de la Roumanie d’assurer un mandat fructueux. La vision que nous aurons pendant la durée de notre mandat à la Présidence du Conseil de l’UE sera basée sur le principe de la cohésion, reflété, d’ailleurs, également dans la devise de la Présidence, « La cohésion, une valeur commune européenne ».

Dans quelle étape se trouve le parcours, démarré depuis longtemps, d’adhésion de la Roumanie à la zone euro ?

L’adhésion de la Roumanie à la zone euro est l’une des priorités de notre pays dans l’UE, compte tenu de du fait que cet objectif est assumé déjà par le Traité d’adhésion. La Roumanie suit attentivement les dossiers concernant le renforcement de l’Union économique et monétaire tant de la perspective d’Etat membre non-euro ainsi que celle d’un Etat qui aspire d’accéder à la zone euro. La Roumanie a une économie en forte croissance et une monnaie stable. Si nous allons réussissons de garder ces deux éléments les mêmes qu’avant l’adhésion à la zone euro, nous estimons ne pas avoir des problèmes particuliers.

Quelle est l’évolution des négociations pour l’adhésion à l’espace Schengen ?

La Roumanie a fait la preuve d’être un partenaire responsable et engagé dans l’Union Européenne par la contribution substantielle aux efforts communs d’amélioration de la sécurité interne de l’Union. Notre pays est intéressé par la protection de la libre circulation des personnes et par la contribution au fonctionnement de l’espace Schengen. L’adhésion à l’espace Schengen reste un objectif légitime de la Roumanie et représente un engagement dérivé du Traité d’adhésion. La résolution récente du Parlement européen adoptée le 11 décembre reconfirme le fait que la Roumanie est complètement prête pour adhérer à l’espace Schengen.

Quelle est la vision de la Roumanie concernant la gestion du phénomène de la migration ?

La migration est un phénomène complexe, qui nécessite des mesures amples. Même s’il n’y a plus une crise de la migration telle que celle de 2015, il reste toute une série de défis importants dans la gestion de ce phénomène. L’Italie est d’ailleurs un des Etats membres les plus affectés par ce phénomène et pour lesquels ce sujet a une importance et une sensibilité particulières. Nous continuerons de soutenir, en tant que Présidence, les démarches et les instruments visant une approche complète du phénomène en poursuivant les initiatives de coopération externe et le dialogue avec les pays tiers d’origine et de transit. Nous devons continuer le soutien de l’UE, y compris du point de vue financier, pour toutes les régions au potentiel de migration. Dans cette perspective, les initiatives de la Commission européenne et les initiatives individuelles des Etats membres, tels que l’Italie, concernant la consolidation de la coopération avec les états d’Afrique sont extrêmement utiles.

Related posts

Participation de la secrétaire d’État Melania-Gabriela Ciot à l’événement « L’Europe de la convergence : croissance, compétitivité, connectivité » organisé par l’Institut européen de Roumanie

Alexandru Stefan

Le Sommet informelle des chefs d’État ou de gouvernement, Sibiu, 9 Mai – Conférence de presse

Alexandru Stefan

Présentation des priorités de la présidence roumaine du Conseil de l’UE par les missions diplomatiques de la Roumanie à l’étranger

Alexandru Stefan