15.2 C
Bucharest
21 octobre 2019
Actualité

Présentation du Programme de travail de la Présidence de la Roumanie au Conseil de l’Union européenne devant le Parlement roumain

https://www.youtube.com/watch?v=fACEBSXjg2U

Discours du Premier ministre Vorica Dăncilă à la séance conjointe de la Chambre des députés et du Sénat

Présentation du Programme de travail de la Présidence de la Roumanie au Conseil de l’Union européenne devant le Parlement roumain

Cher Président du Sénat,
Monsieur le Président de la Chambre des Députés,
Chers sénateurs et députés,
Membres distingués du Gouvernement de la Roumanie,

À compter du 1er janvier 2019, nous assumerons la Présidence tournante du Conseil de l’Union européenne pour la première fois depuis l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne. L’Union européenne a représenté l’accomplissement d’une aspiration nationale et ce nouveau défi est un moment historique pour notre pays, que nous devons honorer comme il se doit. Le parcours européen de notre pays, un choix irréversible, que nous avons tous assumé, a amené la Roumanie ici où elle se trouve aujourd’hui.

Une Roumanie avec une croissance économique saine, une démocratie stable et, enfin et surtout, une Roumanie sûre. Assumer ce rôle extrêmement important est un événement pour la Roumanie, que nous ne devons en aucun cas politiser. Pendant six mois, l’Europe attachera une attention particulière à la Roumanie, car les informations les plus importantes sur l’avenir de l’Union européenne partiront d’ici, à Bucarest. Les défis seront nombreux, mais nous devons être conscients que l’avenir de l’Europe signifie également l’avenir de nos enfants.

Très attachés à l’idée européenne, nous militerons pour une Europe forte et unitaire dans toutes ses dimensions – politique, économique et sociale – car c’est la meilleure solution pour l’avenir du projet européen. Il est donc important de montrer à l’ensemble de l’Europe que la Roumanie est un pays digne de diriger l’Union, un pays qui mérite à contribuer décisivement à l’avenir de l’espace européen, dont nous faisons également partie.

Comme je viens de dire, je crois au consensus, à l’équilibre et à la coopération. En ce qui concerne cet enjeu important pour notre pays, il n’y a pas de place pour l`orgueil ou  ressentiment politique, d`intérêts personnels ou d`affrontements stériles. Je réitère l’appel à la paix politique et au consensus que j’ai fait lors de la séance solennelle orgaanisée au Parlement à l’occasion de l’Année du Centenaire. Nous avons un projet national qui nécessite cela. Indépendamment des opinions politiques, veuillez d’abord considérer notre intérêt commun en tant qu’État membre de l’UE.

Je ne vous demande que la décence dans le langage politique et la retenue durant cette période de lancement d’actions ou de messages politiques susceptibles d’affecter l’image de la Roumanie. Nous avons cette obligation envers notre pays. Seulement unis, nous pourrons militer pour que la Roumanie soit traitée avec respect. Seulemenrt unis nous serons plus forts dans nos efforts pour que les Roumains jouissent des mêmes droits et jouissent des mêmes libertés que tous les autres citoyens européens.

Je vous pries, chers parlementaires, à ce que,  au cours des six prochains mois, vous soyez d’abord citoyens roumains et que présentiez votre pays avec fierté et de bonnes paroles devant l’Europe, afin que nous gagnions le respect de toute la communauté européenne. L`exercice de la Présidence permettra à la Roumanie de jouer un rôle de facilitateur d’équilibre et de consensus et de continuer à promouvoir une approche consensuelle fondée sur l’unité, la cohésion et la solidarité.

En ce qui concerne le Gouvernement, je vous assure que nous avons sérieusement examiné ce moment historique pour notre pays. Nous nous sommes bien préparés, chaque ministre a un ordre du jour détaillé en ce qui concerne les devoirs et objectifs liés à la Présidence et je vous assure que la Roumanie n’est pas et ne sera pas inférieure aux autres États membres. Il y a deux semaines, j’ai plaidé de cette tribune pour une Roumanie unie, meilleure et plus européenne. Aujourd’hui, je vous présente la même vision concernant également l’Europe: une Europe unie, meilleure et pourquoi pas, plus « européenne ».

Toutes les actions que nous entreprendrons au cours des six prochains mois viseront à soutenir et à consolider ce concept de cohésion, sur lequel repose  toute l’architecture européenne. Nous agirons pour réduire les écarts de développement, l’égalité d’accès aux avantages, afin de supprimer les facteurs créant des séparations ou des hiérarchies entre les États membres. Nous devons être en mesure de vaincre les approches du type les anciens États membres par rapport aux nouveaux États membres ou de l’Ouest par rapport à l’Est, les lignes de démarcation, les déséquilibres de développement, au profit d’une Europe qui avance, grâce à la cohérence de ses voix internes, de ses objectifs.

Ce concept essentiel de cohésion a plusieurs dimensions. Tout d’abord, nous parlons de la cohésion économique entre les États membres, qui doit viser à réduire les écarts de développement et à renforcer le marché unique. Nous réalisons bien sûr qu’il existe une concurrence naturelle entre les États de l’Union européenne, voire entre les régions de développement de l’espace européen.

Mais nous devons aussi savoir qu’une accélération de la croissance dans les régions moins développées signifiera une Union européenne beaucoup plus forte. Cela signifiera un déclin naturel de la migration de main-d’œuvre de ces régions vers les plus développées. Réduire les écarts de développement signifie également augmenter le pouvoir d’achat dans ces régions de l’Europe et, implicitement, des marchés plus attrayants pour la commercialisation des produits au sein de l’Union. Nous parlons en deuxième lieu de cohésion sociale, qui doit offrir des avantages, des garanties et des chances égales à tous les citoyens européens. Il ne doit plus y avoir de citoyens de premier rang et de deuxième rang dans l’Union européenne.

Tous les citoyens européens doivent bénéficier d’un accès égal aux ressources et avantages sociaux promus au sein de l’Union, afin de renforcer leur confiance dans les institutions européennes et en particulier dans l’avenir de l’Union européenne. Tous les citoyens européens doivent avoir le sentiment d’être mieux lotis, qu`ils vivent et vivront mieux et qu`ils auront accès à plus d’avantages dans la Communauté qu’en dehors de cet espace. Le respect mutuel entre les États de l’Union ne doit être retrouvé uniquement dans le Traité européen et les directives européennes, mais également dans l’attitude et le dialogue des institutions européennes et des États membres.

Chers parlementaires,

Partant de ce concept de cohésion, dans tous les sens que j’ai présentés ici, nous avons défini les priorités de la Présidence roumaine au Conseil de l’Union européenne.

Ces priorités s’articulent autour de quatre piliers sur lesquels s’appuieront nos actions:

1. L`Europe de la convergence
2. L`Europe de la sécurité
3. L’Europe, acteur mondial 
4. L’Europe des valeurs communes

Permettez-moi de vous présenter brièvement chacun de ces quatre piliers de notre programme:

Premier pilier: L`Europe de la convergence: croissance, cohésion, compétitivité, connectivité

La convergence et la cohésion, qui garantissent un développement durable et équitable pour tous les citoyens européens, sont essentielles pour promouvoir une Europe unie et accroître la compétitivité globale de l’Union européenne. Celles-ci doivent constituer des jalons pour une action au niveau européen, reflétant par la même occasion les intérêts de la Roumanie en tant qu’État membre de l’Union européenne. Les décisions sur l’avenir des politiques européennes doivent être reflétées dans les priorités de financement de l’Union. En conséquence, la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne contribuera à la conception du prochain Cadre financier pluriannuel pour l’après-2020, qui permettra d’atteindre les objectifs au cours des sept prochaines années, de manière à assurer un équilibre entre les politiques de croissance et de convergence dans l’espace communautaire. L’Europe traverse actuellement une période de reprise économique, une situation due à la fois aux efforts des États membres et aux mesures prises au niveau européen pour renforcer l’Union économique et monétaire.

L’architecture économique et monétaire de l’Union est aujourd’hui plus forte et constitue une preuve indéniable de la cohésion en action au niveau européen. Cependant, des mesures supplémentaires sont nécessaires pour renforcer la cohésion de ce point de vue. Dans ce contexte, la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne a pour objectif de faire progresser les travaux économiques, financiers et fiscaux, afin de stimuler la croissance et les investissements et de soutenir les réformes structurelles. De plus, comme vous le savez, en Roumanie, nous avons finalisé le rapport sur la fondation du Plan national pour l’adoption de l’euro. Notre objectif est que la Roumanie adopte l’euro d’ici 2024. Nous sommes directement intéressés à contribuer au renforcement de l’Union économique et monétaire pendant cette période de Présidence de l’Union.

Dans la même perspective de convergence, nous nous intéressons à la dimension sociale en mettant en œuvre le pilier européen des droits sociaux. Nous allons promouvoir une éducation inclusive et performante. Nous souhaitons garantir l’égalité des chances et accroître la mobilité de la main-d’œuvre dans le marché intérieur. La promotion de la recherche et de l’innovation est un autre domaine d’action. À cet égard, nous nous intéressons principalement à la numérisation et à la connectivité en tant que principaux facteurs de renforcement de la compétitivité de l’industrie européenne.

La numérisation de l’industrie européenne sera l’un des premiers thèmes prioritaires nationaux à promouvoir au niveau de l’UE. Nous stimulerons la diversification de la base industrielle actuelle de l’UE en promouvant la numérisation et la mise en œuvre de l’intelligence artificielle dans les processus industriels. Une autre priorité est la connectivité. Assurer la convergence réelle dont nous avons parlé jusqu’à présent dépend directement de l’établissement de liens de toutes sortes, en particulier dans les régions moins développées. Connecter ces régions au reste de l’Europe par toutes les formes possibles par le biais des réseaux de transport, d’énergie ou numériques est le moyen le plus sûr et le plus efficace de se développer. La connectivité assure le flux de circulation fonctionnels, de marchandises, de ressources naturelles, énergétiques ou humaines essentielles au développement économique.

Le deuxième pilier du programme de la Roumanie: L’Europe de la sécurité

Je parle ici de la sécurité intérieure de l’UE, de la gestion des frontières extérieures, de la cybersécurité. En partant du concept de base de la cohésion, nous encouragerons la coopération entre les États membres afin de préparer l’Union européenne aux nouveaux défis en matière de sécurité qui menacent la sécurité des citoyens et l’espace européen.

Il existe actuellement un large éventail de risques et de menaces qui peuvent saper les valeurs et la prospérité de nos sociétés ouvertes. En ce qui concerne la sécurité intérieure, nous nous concentrerons sur le renforcement de la coopération et de l’interopérabilité au niveau européen entre les systèmes et les structures nationaux spécifiques. Nous sommes principalement intéressés à protéger les citoyens, les entreprises et les institutions publiques dans l’espace virtuel et à accroître la résilience de l’Union aux cyberattaques. La cybersécurité ne pouvant plus être considérée comme une option, tout projet relatif à la société de l’information doit prendre en compte la composante cybersécurité. En tant que Présidence du Conseil de l’Union européenne, nous entendons apporter une contribution décisive dans ce domaine. Une autre priorité liée à la sécurité de l’espace communautaire est la lutte contre le terrorisme. À cet égard, nous proposons la mise en œuvre, voire l’extension du mandat du Parquet européen aux infractions terroristes.

La migration est un autre sujet important de l’agenda européen à long terme. C’est un dossier extrêmement difficile, qui n’a pas permis de coaguler une position unitaire des États membres. C’est pourquoi nous envisageons de formuler de nouvelles solutions garantissant une gestion efficace et durable. Nous sommes particulièrement intéressés par le renforcement des frontières extérieures de l’UE, notamment par le renforcement des capacités opérationnelles de l’Agence européenne de police des frontières et des Gardes-côtes. Dans notre vision, il est également important de promouvoir la coopération avec les États d’origine et de transit. Je suis convaincue que le moyen le plus efficace de traiter le problème de la migration est de combattre les causes profondes de ce phénomène.

Le troisième pilier du programme que nous proposons sous notre présidence est le suivant: L’Europe en tant qu’acteur mondial

Et, à cet égard, nous nous référons au même concept de cohésion qui définit notre vision. Les actions de l’Union européenne à l’échelle mondiale doivent partir des engagements communs souscrits dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité globale de l’UE. À cet égard, nous encouragerons le renforcement des capacités de défense et de sécurité de l’Union européenne en liaison étroite avec des processus similaires de l’OTAN. La Roumanie soutiendra ses actions dans le domaine de la politique de sécurité et de défense commune, en mettant un accent particulier sur les outils fournis dans le Processus annuel d’analyse de la coordination de la défense, le Fonds européen de défense et la Coopération structurée permanente. Nous sommes également intéressés par le renforcement du partenariat stratégique UE-OTAN.

Un chapitre spécial consacré à la politique étrangère de l’Union sous la présidence roumaine sera consacré à la Mer Noire, qui doit occuper une place centrale dans l’agenda de l’Union européenne, y compris dans la perspective de la revitalisation de la synergie de la Mer Noire. L’élargissement de l’Union aux pays des Balkans occidentaux constituera une autre priorité externe, dans le but de renforcer la sécurité extérieure et intérieure. Nous nous concentrerons sur le développement du dialogue entre les jeunes et leur implication dans la gestion des problèmes de la région, ainsi que sur la communication stratégique de l’UE sur l’Europe du Sud-Est. De même, nous voulons des actions coordonnées et cohérentes dans le voisinage de l’Union. Le dixième anniversaire du lancement du partenariat oriental constituera un moment important à cet égard.
Enfin et surtout, la promotion des intérêts commerciaux, à la fois en renforçant le multilatéralisme et en améliorant le système commercial multilatéral, tout comme en élargissant les accords de libre-échange et de partenariat économique, constituera une étape clé de notre présidence.

Le quatrième pilier de notre programme, mais pas le dernier, est: L’Europe des valeurs communes

Et je parle ici de la stimulation de la cohésion européenne en adhérant constamment aux valeurs communes sur lesquelles l’Union est fondée. C’est seulement ainsi que nous pourrons lutter efficacement contre le racisme, l’intolérance, la xénophobie, le populisme, l’antisémitisme et décourager les discours de haine, que nous observons de plus en plus fréquemment au cours de cette dernière période.

C’est ainsi seulement que nous pourrons contribuer à l’égalité de traitement à laquelle aspirent tous les États membres et tous les citoyens européens. Je pense également qu’il est nécessaire de stimuler la participation des jeunes à la construction d’une Europe forte basée sur des valeurs européennes communes. Parallèlement, au cours de notre mandat, nous soutiendrons les initiatives législatives sur la participation des citoyens européens au processus législatif européen, sur le progrès social et sur la réduction des inégalités sociales, sur la garantie de l’égalité des genres, qui seront promues au niveau européen, notamment sur le marché du travail. et dans les entreprises, comme la lutte contre les écarts de rémunération entre hommes et femmes. Non pas en dernier lieu, nous agirons contre le racisme, l’intolérance, la xénophobie, l’antisémitisme ou les discours de haine.

Au niveau européen, il y a le souci général de lutter contre la désinformation en ligne et les fausses informations en ligne, notamment en améliorant l’éducation aux médias et en développant des mécanismes européens favorisant les bonnes pratiques en matière de lutte contre la désinformation. Toutes ces initiatives contribueront à renforcer la cohésion au sein de l’Union européenne.

Messieurs les Présidents des deux Chambres du Parlement roumain,
Chers sénateurs et députés,

La Présidence tournante du Conseil de l’Union européenne est une responsabilité qui nous incombe dans le cadre de l’engagement pris par notre adhésion il y a onze ans. En même temps, c’est une excellente occasion de projeter notre vision dans la perspective de la consolidation du projet européen.

Le contexte européen dynamique dans lequel nous évoluerons conférera à notre mandat une spécificité particulière, en particulier parce qu`il se déroulera lors de la refonte du projet européen. Dans moins de six mois, un nouveau Parlement européen sera élu. Dans ce contexte électoral, nous avons la possibilité de promouvoir une Union davantage axée sur ses citoyens et ses principes fondateurs.

Je souhaite que nous ayons une approche réaliste et ambitieuse de cette mission. J’espère qu’à la fin du mandat de six mois, la Roumanie ait un profil beaucoup plus solide au sein de l’Union européenne.

Je suis fermement convaincue que 2019 peut être une année de relance de l’idée européenne et du sommet extraordinaire de Sibiu un moment important à cet égard. C’est pourquoi, nous travaillons ensemble pour que lors de cet événement, qui aura lieu pendant la Présidence roumaine du Conseil, soit défini le nouveau programme stratégique de l’Union, un document qui guidera les actions de l’Union à moyen terme. Plus que jamais, il est nécessaire que les États membres donnent un signal claire concernant leur capacité à poursuivre ensemble dans la même direction un projet solide et unifié.

Compte tenu du début effectif de notre mandat, j’ai jugé nécessaire de revenir devant vous pour vous présenter à présent la révaluation du rôle que nous allons jouer au cours des six prochains mois. Comme vous le savez, le contexte dans lequel un État membre assume une telle obligation contribue de manière significative à la définition de ses paramètres d’action et de résultat. Ceci a représenté un repère de la réflexion que nous avons projetée sur les priorités de la Présidence roumaine au Conseil de l’UE et sur la manière dont celle-ci agira au service de l’avancement du projet européen.

Par l`ampleur de son exercice et implicitement par la visibilité que notre pays aura aux niveaux européen et international, la Présidence de la Roumanie au Conseil de l’UE est certainement le projet national le plus important après notre adhésion à l’Union européenne. C’est pourquoi, je suis persuadée que ce projet doit réunir tout le soutien politique nécessaire pour accomplir bien cette lourde responsabilité qui incombera à la Roumanie au cours des six prochains mois.

La Roumanie a traversé des moments difficiles au cours de ces cent dernières années, mais ce moment de responsabilité maximale est peut-être la meilleure confirmation du parcours l’identitaire, de la trajectoire de notre société à l’ère moderne. En effet, cent ans après la Grande Guerre et la Grande Union, nous pouvons parler de la Présidence exercée par une Roumanie européenne, au nom de valeurs et d’intérêts communs.

Enfin, je voudrais réaffirmer, dans ce contexte, que le Gouvernement a fait et continue de faire tout son possible pour s’acquitter de la meilleure façon possible du mandat qui lui a été confié. Nous comprenons notre responsabilité dans l’exercice de ce mandat, ainsi que les défis auxquels l’Union européenne doit faire face à ce moment important de son évolution, dans le contexte du Brexit et avant les élections au Parlement européen.

C’est pourquoi, comme nous avons assuré tous les interlocuteurs européens avec qui nous avons discuté au cours de ces derniers mois et semaines, j’affirme également devant vous aujourd’hui que nous sommes prêts et profondément attachés à la prise en charge et à l’exercice de cette responsabilité majeure. Dans le même temps, nous devons tous être conscients que le succès d’une Présidence dépend à la fois du niveau d’engagement de tous les acteurs européens avec lesquels nous allons travailler, que ce soit avec les pays partenaires ou avec les institutions européennes. La façon dont nous allons parcourir ce semestre sera illustrative non seulement pour la performance de la Roumanie, mais également pour l’ensemble de l’Union européenne à un moment essentiel de son existence.

Je vous remercie!

Photo: Gouvernement de la Roumanie

Related posts

La réunion annuelle des Programmes INTERREG aura lieu à Bucarest les 22 et 23 mai 2019

Alexandru Stefan

Remise symbolique de la présidence du Conseil de l’UE par le chancelier fédéral de la République d’Autriche, Sebastian Kurz

Adrian Epure

La réunion ministérielle UE-États-Unis dans le domaine de la justice et des affaires intérieures

Alexandru Stefan